Congo : des milliers de réfugiés rwandais menacés de rapatriement forcé

Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR), sous l’insistance de l’Etat rwandais, a décidé de mettre en œuvre, la clause de cessation du statut de réfugié pour les rwandais du Congo Brazzaville. Reportée à plusieurs reprises, l’activation de cette clause sera effective au 31 décembre 2017. Ainsi, dès le 1er janvier 2018, des milliers de réfugiés rwandais au Congo vont se retrouver en situation irrégulière et risquent d’être rapatriés de force au Rwanda.

Par un communiqué, « SiSTEME », une association de rwandais basés en France et en Belgique, a dénoncé cette annonce du HCR. Par la même occasion, « SiSTEME » craint un rapatriement forcé des réfugiés rwandais considérés comme des opposants au pouvoir Kagamé.

« Le HCR estime que les réfugiés rwandais doivent retourner dans leur pays, malgré le fait que le régime actuel au Rwanda, est régulièrement épinglé pour les nombreuses violations des droits de l’homme qui y sont commises. L’insistance du HCR à voir cette clause de cessation est en soi une violation de la Convention de Genève, car une telle clause est en principe applicable lorsque les circonstances ayant justifié la reconnaissance de la qualité de réfugié ont cessé » précise la communiqué de « SiSTEME ».

Pour cette association, ces réfugiés rwandais installés au Congo depuis plusieurs années sont les survivants des massacres commis par le Front patriotique Rwandais en RDC en 1997 tels que stipulés dans le Mapping Report de l’ONU. Toujours pour « SiSTEME », le HCR avait prévu que la cessation ne pouvait intervenir qu’à condition que les réfugiés, une fois déchus de cette qualité, aient un statut juridique. « Or, à la veille de l’entrée en vigueur de la clause de cessation, ce statut se fait attendre » a-t-elle déploré.

C’est pour quoi, « SiSTEME » demande aux autorités congolaises de continuer à garantir la protection de ces réfugiés, comme elles l’ont fait ces 20 dernières années, en repoussant la date de prise d’effet de la clause de cessation afin de permettre l’adoption d’un cadre juridique favorisant l’intégration des réfugiés rwandais via l’acquisition d’une carte de résidence permanente sans qu’il faille présenter un passeport rwandais et en maintenant la protection des centaines de témoins du TPIR par l’exemption.

Notons que « SiSTEME » est une association à but non lucratif composée de jeunes d’origine rwandaise vivant en Belgique et en France. Lancée en 2008, elle apporte de l’aide aux réfugiés rwandais en Afrique, notamment.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus