Crise de carburant au Nigéria : l’Etat en difficulté face au marché noir florissant

Dans la capitale nigériane, Abuja, les automobilistes frustrés par une attente incessante dans de longues fils, plus de 10 heures pour certains, dans un contexte de grave pénurie de carburant dans tout le pays.

 « Je suis dans la file d’attente depuis hier soir », a déclaré l’automobiliste Abednego Abna à Al Jazeera, à l’extérieur d’une station-service à Abuja. « Et jusqu’à ce moment, il n’y a aucun signe que notre véhicule se déplace de sa position, aucun espoir d’obtenir le carburant. »

Le gouvernement nigérian a du mal à faire face à la situation et a mis la responsabilité sur les épaules des vendeurs d’essence, qu’il accuse d’augmenter considérablement les prix. Mais les vendeurs du plus grand pays producteur de pétrole d’Afrique ont contesté cette accusation.

Selon Al Jazeera le gouvernement nigérian a importé par le passé tout ce dont il avait besoin grâce à un système de subventions, mais ce système «a été détourné par des fonctionnaires et des hommes d’affaires corrompus».

L’an dernier, lorsque le gouvernement a cessé de subventionner l’essence, «le coût d’un litre a bondi de 60%», a-t-il déclaré. La situation a conduit à un marché noir florissant et certains vendeurs ont eu recours à la vente d’essence pour doubler le prix.

De nombreux Nigérians affirment que la crise du carburant a également provoqué une flambée des prix dans d’autres régions. Idris Mohammad, un commerçant, a déclaré que « le coût de tout a augmenté ». « Les prix ont doublé, tout le monde est touché par le problème », a-t-il déclaré à Al Jazeera.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus