Elections au Liberia: les bureaux de vote s’ouvrent pour l’affrontement Weah- Boakai

Le vote différé   oppose George Weah, ancien footballeur international de 51 ans et sénateur libérien, à Joseph Boakai, 73 ans, qui a été vice-président de la présidente Ellen Johnson Sirleaf au cours des 12 dernières années. Les bureaux de vote ouvrent à 08:00 GMT et ferment à 18:00 GMT.

Les deux Weah, le candidat du Congrès pour le changement démocratique (CDC), et Boakai, du Parti de l’unité, ont promis de relancer l’économie en difficulté du Liberia et de lancer des projets d’infrastructure.

Les deux se sont classés respectivement premier et deuxième au premier tour du 10 octobre,  Weah a remporté 38,8% et Boakai 28,8%, mais ni l’un ni l’autre n’a obtenu les 50% requis pour gagner.

Initialement prévu pour le 7 novembre, le  second tour a  été retardé après que le parti d’un troisième candidat eut déposé une plainte en justice pour fraude et irrégularités. La Cour suprême du Liberia a finalement autorisé la tenue du vote mardi.

Engagements de campagne

Weah a promis de réduire les niveaux de pauvreté en créant des emplois dans les infrastructures et l’agriculture. Il a déclaré qu’un gouvernement des CDC envisagerait de payer des frais d’examen et d’utiliser un examen sectoriel pour renforcer le faible système d’éducation du Liberia.

Il utilise sa popularité comme une icône du sport pour recueillir des votes avec la jeunesse libérienne, un grand groupe démographique. Environ 60% de la population libérienne a moins de 30 ans. Jewel Taylor-Howard , sénatrice et ex-épouse de l’ancien président Charles Taylor, qui purge une peine de 50 ans de prison pour crimes de guerre, court comme colistière de Weah.

La plate-forme du Parti de l’unité de Boakai repose sur des décisions économiques et des infrastructures prudentes. La construction de routes est son problème phare. « Quand vous avez des routes, tout peut arriver », a déclaré M. Boakai, tout en promettant de créer 50 000 emplois au cours de ses 150 premiers jours au pouvoir.

Si le second tour se déroule sans heurt et que les résultats sont acceptés par les deux parties, ce sera la première transition pacifique du pouvoir au Liberia en plus de 70 ans. Boakai espère également gagner du respect gagné par Sirleaf.

En 2011, Sirleaf a été récipiendaire du prix Nobel de la paix pour sa «lutte non-violente pour la sécurité des femmes et pour le droit des femmes à participer pleinement à la consolidation de la paix» à la suite des deux guerres civiles sanglantes du Liberia. 14 ans avant la fin en 2003. Elle a clairement indiqué qu’elle souhaitait céder le pouvoir à un président démocratiquement élu lorsque son mandat prendrait fin le 15 janvier 2018.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus