Togo : Brigitte Adjamagbo Johnson ciblée ou simple coïncidence ?

La porte parole de la coalition des partis de l’opposition togolaise, présidente du CAP 2015, Brigitte Adjamagbo Johnson aurait été attaqué par les forces de l’ordre samedi soir après la manifestation. Dans un tweet,  elle déclare avoir été prise à partie par un détachement des forces de l’ordre dont les tires ont visés sa voiture.

« Comme réponse, le détachement présent reçoit du renfort et les gaz lacrymogènes pleuvent et même sur la portière de ma voiture. Dieu merci, le chauffeur a pu se dégager et je suis saine et sauve », a-elle écrit sur le réseau social.

Elle en a profité pour assurer que plusieurs autres cadres de la coalition ont subit sans grande chance le même traitement de la part de militaires et seseraient fait « molester » par ces derniers. « Mais combien de mes compatriotes n’ont pas eu cette chance ce soir », a ajouté Brigitte Adjamagbo Johnson en se disant inquiète pour sa vie et celle de ses compagnons de lutte.

Selon certaines sources proches, le chef de file de l’opposition, Jean-Pierre Fabre aurait aussi été pris à parti et des membres de la coalition brutalisés par les forces de sécurités. Cependant, il est important de se demander s’il s’agit d’une attaque ciblée ou d’une opération de dispersion dans laquelle elle s’est retrouvée.

La manifestation de samedi était la dernière d’une série de trois organisé par les 14 parties d’opposition coalisés pour réclamer le départ du pouvoir de Faure Gnassingbé et des réformes institutionnelles et constitutionnelles dans le pays.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus