« Le commencement du nouveau départ est-il le salaire hors grille ? »

Le professeur béninois Simon Narcisse Tometin n’a pas tari de mots pour interpeller certains membres du gouvernement Talon sur leur gestion peu orthodoxe. C’est à la faveur d’une lettre ouverte adressée à ces derniers.

En France, le pays que nous imitons pour la production de nos systèmes d’ordonnancement et notre culture administrative, les salaires institutionnels sont publiés et les populations en sont informées. Le président français a un salaire brut mensuel de 14 910 euros soit 9 780 290 FCFA largement en-deçà des salaires de certains ministres béninois. Le Bénin a-t-il plus de ressources que la France ?

Tous les ministres béninois ont un salaire supérieur à celui de leurs homologues français de 1,2 à 2,5 fois, autrement dit certains ministres béninois gagnent plus du double des salaires de leurs homologues français. Nous ne dénonçons rien en le disant, et peut-on faire de l’éducation à la citoyenneté sans évoquer cette comparaison? J’hallucine ou quoi!

Le salaire le plus élevé des préfets en France est de 5970 Euros soit 3 916 051 FCFA alors que les préfets béninois sont payés à 5 000 000 FCFA soit 1,3 fois le salaire de leurs homologues français mieux formés, mieux au point en management public de territoire et œuvrant sur la base d’un tableau de bord de l’efficacité de la gouvernance territoriale. Un préfet béninois qui ne gère que 77 km² comme celui du département du Littoral gagne 77% du salaire d’un ministre français. Est-ce pour fidéliser une clientèle électorale et asseoir dans les territoires un système de restriction des libertés par le militarisme ?

Nous osons espérer qu’il existe un tableau de bord pour évaluer l’efficience de tous ces salaires en termes de production d’innovations, de leadership et d’impacts sur les comportements et la vie quotidienne des populations sans oublier l’image du Bénin.

J’ai du mal à comprendre le mobile et la stratégie qui sous-tendent cette discrimination insoutenable de revenus mettant certains dans l’opulence pendant qu’on prône la dépolitisation de la fonction publique. Les fonctions politiques, politico-administratives et les fonctions para-politiques sont les mieux payés au Bénin. Doit-on s’étonner qu’il y ait des grèves sauvages ? Je ne comprends pas le mobile de ces salaires dithyrambiques quand le plus gradé dans l’administration publique relevant de la grille régulière est à 400 000 FCFA hors prime pour aller à la retraite.

Simon Narcisse TOMETY

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus