Guinée équatoriale : La purge de Teodoro Nguema emporte son petit fils

Le président équato-guinéen Teodoro Nguema, après la tentative de coup d’État déjouée, a pris plusieurs mesures pour pallier à toutes éventualités. Il a procédé à l’arrestation et au limogeage de hauts responsables de son régime, soupçonnés d’être impliqués dans ce coup d’État manqué.

Ainsi, le 23 janvier par décret, il mettait fin aux fonctions de Enrique Anguesomo, ambassadeur de la Guinée équatoriale au Tchad, arrêté en décembre pour irrégularités commises dans l’exercice de ses fonctions. Ruben Clemente Nguema Engonga, président du tribunal de Bata et Martin Obiang Ondo, magistrat au tribunal de Malabo ont tous deux été limogés le mercredi 24 janvier pour irrégularités.

Le président Nguema a également mis fin aux fonctions de son petit-fils constantino Obiang Mba, directeur général de l’entreprise publique de télécommunication. Toutes ces personnes sont soupçonnées d’avoir pris une part active dans la tentative de coup d’État avortée.

Le mercredi 03 janvier 2018, le ministre équato-guinéen de la Sécurité, Nicolas Obama Nchama, avait déclaré dans un communiqué lu à la radio gouvernementale qu’une tentative de coup d’État contre le président avait été déjouée. D’après lui, celle-ci était prévue pour le 24 décembre et projetée par des mercenaires tchadiens, soudanais et centrafricains. Le président Teodore Nguema qui était dans son palais à Mongomo pour les fêtes de fin d’année y a échappé grâce à la vigilance des services de renseignement de son pays.

Le président Téodoro Nguema, 75 ans, est à la tête de la Guinée équatoriale depuis 1979 suite à un coup d’État.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus