Alain Adihou: « le développement d’un pays ne se limite pas aux infrastructures physiques »

L’un des griefs que la majorité des béninois porte contre le régime du « Nouveau départ » est le déséquilibre visible entre les ambitions de réaliser de grandes infrastructures à travers les projets contenus dans le programme d’action du gouvernement (le Pag-Bénin Révélé) et des projets visant l’épanouissement de la population.

C’est d’ailleurs sur cette faiblesse que surfe le front pour un sursaut patriotique (Fsp) qui multiplie des points de presse et des marches pour se faire proche de la population qu’il juge victime d’un « pouvoir affameur ».

[su_heading size= »15″]A (re)lire aussi : Alain Adihou : « un homme d’Etat doit être un homme d’écoute et un homme à l’écoute » [/su_heading]

Si pour les acteurs politiques soutenant les actions de développement du Président Patrice Talon, il faut d’abord créer la richesse avant de la distribuer, pour Alain Adihou, membre de la majorité au pouvoir et personnalité politique de l’Union fait la Nation, le gouvernement doit faire l’effort d’accentuer des actions sociales en direction de la population.

Invité ce dimanche 25 février 2018 dans l’émission « Zone franche » de la chaîne de télévision locale Canal 3 Bénin, Alain Adihou estime que le développement d’un pays ne se limite pas à la création d’infrastructures physiques.

« Le développement d’un pays ne se limite pas à la créations d’infrastructures physiques mais à l’épanouissement du peuple qui se sent bien et s’entend avec le chef. Autrement dit le développement humain intégral » a t-il indiqué.

Cette position de ce membre influent de l’Union fait la nation (Un); « un parti politique au pouvoir » n’a rien de contradictoire avec celle tenue il y a quelques années par l’actuel garde des sceaux, le ministre Joseph Djogbénou qui, dans une émission organisée par Friedich Ebert, affirmait que beaucoup de pays développés où des grattes ciel s’étendent à perte de vue, cachent beaucoup de misère.

A en croire Alain Adihou, il est important d’encourager le chef de l’Etat qui nourrit une ambition certaine de faire du Bénin un pays moderne qui n’a rien à envier aux pays développés comme le Ghana ou l’Afrique du Sud mais il faut l’encourager aussi à travailler à l’épanouissement de son peuple.

Des grandes puissances à l’instar de l’Allemagne ont bâti leur développement sur la promotion des micros et petites moyennes entreprises. Le Bénin qui a une économie essentiellement  fiscale doit travailler à l’émergence et à la formalisation des micros et petites entreprises.

[su_heading size= »15″]A (re)lire aussi : Bénin – UAC : les étudiants exigent la démission du ministre Marie Odile Atanasso [/su_heading]

C’est seulement cela qui pourra accélérer le développement du pays s’il est suivi de l’assainissement des finances publiques et du milieu politique.

Détruire de petites unités de production au détriment de l’érection de grandes infrastructures ne garantit pas un développement durable. C’est pourquoi Alain Adihou invite le gouvernement à prendre beaucoup plus au sérieux la question de l’épanouissement du peuple béninois.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus