Bénin – brassage interreligieux : Quand Wémèxwé donne l’exemple

Les fils et filles de la grande vallée de l’Ouémé principalement de la région Wémè ont célébré leur fête identitaire ce dimanche 25 février 2018.

Cette fête devenue d’ailleurs un label et qui est à sa 9ème édition a montré, au-delà des festivités et autres manifestations folkloriques, une image inédite prouvant l’entente observée entre les différentes religions tant importées qu’endogènes.

[su_heading size= »16″]A (re) lire aussi : Bénin – Wémèxwé 2018 : une plaidoirie pour l’unité dans la diversité d’opinion (vidéo) [/su_heading]

Dans la constitution du Bénin, consacrée le 11 décembre 1990, il est clairement spécifié à l’article 2 que « la République du Bénin est une et indivisible, laïque et démocratique (…) ». Sur ce principe le pays regorge des centaines voire des milliers de religions importées et des divinités pour la religion endogène.

Contrairement à l’image que présentent les différentes confessions dans le monde, celles du Bénin semblent se comprendre et agissent en harmonie dans le seul et unique but de préserver la paix et l’unité nationale tant prônées par le peuple béninois.

Au cours des manifestations du dernier jour de la fête Wémèxwé qui se tient chaque année dans la région Wémè, une communauté située dans la partie méridionale du pays, le Bénin et le monde entier a vu l’accolage entre le roi central de la vallée, sa majesté Oloukinimon Signon et l’évêque du diocèse de Porto Novo, Aristide Gonsalo.

[bs-quote quote= » Un geste fort simple mais qui témoigne de l’entente et la parfaite harmonie entre les religions du pays et qui prouve qu’il existe un respect mutuel dans la pratique religieuse de l’autre. » style= »style-7″ align= »center »][/bs-quote]

Ce geste est plus évocateur quand on sait que cette 9ème édition de cette fête identitaire a failli être suspendue comme l’an passé pour fait de dissension entre la coordination et certains ressortissants de la localité regroupés au sein d’un camp appelé les assignés ».

[su_heading size= »16″]A (re) lire aussi : Bénin – Wémèxwé 2018 : Antoine Bonou gagne le pari de la 9ème édition [/su_heading]

Pour ces deux personnalités religieuses, l’amour doit prévaloir sur tout et on devrait faire taire toutes ces dissensions pour que règnent la fraternité, la solidarité et l’amour. Des valeurs qui, cultivées, rehaussent l’Être Humain et fait grandir celui qui le fait.

 

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus