Burkina-Faso : le baobab du cinéma africain Idrissa Ouédraogo a cassé sa pipe

Idrissa OUEDRAOGO, réalisateur burkinabè emblématique des années 1980-1990, est décédé « tôt ce matin (dimanche 18 février 2018) à 5h30 des suites de maladie à la clinique du Bois à Ouagadougou », a annoncé l’Union nationale des cinéastes du Burkina (UNCB) dans un communiqué.

L’Etalon d’Or de Yennenga 1991 nous a quitté à l’âge de 64 ans des suites d’un accident vasculaire cérébrale. Une grande perte pour le monde du cinéma africain.

Filmographie

Né le 21 janvier 1954 à Banfora (Burkina Faso), Idrissa Ouédraogo est titulaire d’un Diplôme d’Études Générales à l’INAFEC (Institut Africain d’Études Cinématographiques de Ouagadougou). Il séjourne à Kiev en URSS pour des études de cinéma puis à l’Institut des Hautes Études Cinématographiques (IDHEC) à la Sorbonne, devenu la Fondation européenne des métiers de l’image et du son (FEMIS) de nos jours. Il est l’un des rares cinéastes africains à avoir travaillé à la Comédie française.

Entré à la direction cinématographique comme fonctionnaire, il réalise plusieurs films éducatifs avant de tourner son premier court-métrage « Poko » qui remporte  le grand Prix du FESPACO en 1981. Plusieurs  documentaires suivent : « Les Ecuelles» (1983), « Les Funérailles du Larlé Naba » (1984), « Ouagadougou, Ouaga deux roues », (1985), « Issa le tisserand» (1985).

De nombreux longs métrages sont à son actif et avec lesquels il remporte des prix sur le plan national et à l’international.

Son premier long métrage, « Le Choix », est sorti en 1986. Suivent « Yaaba » (1988) qui remporte le prix de la Critique au Festival de Cannes en 1989 et un autre prix dans un festival au Japon,  « Tilaï » (1990), le grand prix du Jury au Festival de Cannes 1990 et « L’Etalon d’or de Yennenga » en 1991 au FESPACO, « Samba Traoré » (1992), « Tanit d’argent » aux Journées cinématographiques de Carthage en Tunisie en 1992 et « L’ours d’argent » à Berlin, « Le Cri du cœur » (1994),  Guimba, un tyran, une époque (réal. Cheick Oumar Sissoko) en 1995, « Kini et Adams » (1997), «La Colère des dieux» (2003) et « Yam Daabo », en 1986…

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus