Corruption en Angola : Les fraudeurs sommés de rapatrier les fonds illégalement déposés à l’étranger

Le gouvernement angolais vient d’accorder un délai de 6 mois aux personnes ou entreprises nationales ayant déposé illégalement des fonds de la nation dans des banques étrangères.

Cette mesure fait suite à la promesse faite par le Président angolais, Joâo Lourenço en décembre dernier lors de la conférence du MPLA sur le thème de la corruption.

[su_heading size= »17″]A (re) lire aussi: Angola : après Isabel dos Santos, un autre fils de l’ancien président dos Santos tombe [/su_heading]

Au cours de cette conférence, le numéro Un angolais avait estimé qu’il n’est plus question que le pays tolère une telle pratique alors même que ce dernier végète dans un état toujours pauvre.

Il avait donc demandé aux Angolais indélicats ayant détourné de l’argent de rapatrier les fonds illégalement détenus à l’étranger et de les investir dans l’économie du pays.

Dans une adresse à ces personnes ce mercredi, le gouverneur de la banque nationale d’Angola, José de Lima Massano, a annoncé que le gouvernement angolais donne un délai de grâce de 180 jours, soit 6 mois à ces citoyens pour cette opération de retour des fonds.

[su_heading size= »17″]A (re) lire aussi: Angola : João Lourenço dans une guerre pragmatique contre la corruption [/su_heading]

Dépassé ce délai, le Gouvernement usera de tous les instruments légaux à sa disposition pour traquer et rapatrier ces fonds avec une sanction judicaire à la hauteur de la forfaiture de ces citoyens indélicats.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus