Côte d’Ivoire : Voici la vraie version de l’affaire démission et arrestation du général Sékou Touré

Dans sa parution du 4 février 2018, le journal panafricain Jeune Afrique a rendu publique l’information selon laquelle le général ivoirien Sékou Touré, chef d’état major des armées aurait tenté de démissionner. Pour cause, il ne serait pas beaucoup écouté dans la prise de décision concernant son département.

L’agence de presse régionale (APR) a mené l’enquête et selon elle, même si sa nomination à la tête de l’armée ivoirienne a été validée par plusieurs hommes politiques, le Gal Touré Sékou ne serait proche d’aucun camp, ce qui n’est pas sans conséquence dans l’exercice de sa fonction.

[su_heading]A (re) lire aussi: Côte d’Ivoire : Affi N’Guessan dévoile enfin le traître de Laurent Gbagbo [/su_heading]

Il ne serait ni proche du Premier ministre Gon Coulibaly ni de Soro Guillaume ou encore moins de son patron direct Hamed Bakayoko, ministre de la Défense.

De ce fait, chaque camp préfère s’appuyer sur ses hommes au sein de la grande muette, ce qui l’oblige à un rôle de figurant, un CEMA sans réel pouvoir puisqu’il ne serait pas très écouté.

La plus grosse démonstration de son impuissance a été faite lors de la crise des mutins à Bouaké. Alors qu’il aurait été opposé au paiement des primes aux anciens rebelles déversés dans l’armée, le président a bel et bien versé l’argent à ces soldats indisciplinés, ce qui a eu pour conséquence de le placer dans une difficile situation vis-à-vis des soldats restés, comme lui, fidèles à la République.

[su_heading]A (re) lire aussi: Côte d’Ivoire : avions MI24, blindés et soldats, l’armée déploie la grosse artillerie à Bouaké [/su_heading]

Selon l’APR, la démission de l’officier supérieur aurait fait beaucoup de bruit et ainsi fragilisé le pouvoir d’Alassane Ouattara.

Aussi, le plan de départ volontaire dans les rangs de l’armée ivoirienne serait la résultante d’une promesse faite au général de le débarrasser d’éléments gênants. Cependant les médias se posent la question de savoir si le général tient vraiment les rênes de sont département.

Le général Sékou Touré n’a jamais été arrêté

Sur les réseaux sociaux, certains se sont amusés à faire croire que le gal Sékou Touré qui tentait de regagner le Ghana voisin où il s’était réfugié au lendemain du 11 avril 2011 après la chute du président Gbagbo, aurait été arrêté et serait détenu à la DST.

[su_heading]A (re) lire aussi: Côte d’Ivoire : six mois de prison pour Michel Gbagbo et Laurent Despas [/su_heading]

Une source contactée au ministère a formellement démenti cette information. Le Gal Touré Sékou n’aurait aucun problème avec les autorités actuelles et n’aurait surtout pas été arrêté parce que n’ayant jamais essayé de déserter son poste ni poser d’actes allant dans ce sens.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus