Léhady Soglo: « La roue tournera. Nous avons la co-responsabilité de la faire tourner… »

Joel Godonou, représentant le parti de la renaissance du Bénin (RB),  a délivré au nom de l’ancien Maire de la ville de Cotonou, un message de soutien aux Forces cauris pour un Bénin émergent qui se trouvent depuis ce samedi 10 février 2018 à leur deuxième congrès ordinaire.

Lire ci-dessous l’intégralité du message de Léhady Vinangnon Soglo délivré par son représentant.

[su_heading size= »17″]Lire aussi : Polémique autour des salaires politiques : Nicéphore Soglo trace le chemin à Talon [/su_heading]

Message de Léhady Soglo

Monsieur le président Thomas Boni YAYI;
Messieurs les présidents…..
Mesdames et messieurs les membres du bureau politique de l’Alliance Forces CAURIS pour un Bénin Émergent ( FCBE)
Honorables députés;
Majestés, têtes couronnées de la Cité historique des Kobourou
Mesdames et Messieurs, chers congressistes,

Le président de la Renaissance du Bénin, Léhady Vinagnon SOGLO, me fait porter à votre endroit, en cette occasion solennelle, un message de solidarité, dans l’engagement de votre alliance en pleine mutation, à animer la vie politique, avec poigne et audace, dans l’intérêt de nos compatriotes; dans l’intérêt de toutes les couches de notre société ; dans l’intérêt des hommes et des femmes; des enfants, des jeunes et des plus âgés; dans l’intérêt de la veuve et de l’orphelin.

Vous avez aujourd’hui la co-responsabilité, avec toutes les organisations éprises de paix et de justice, d’aller au chevet de notre peuple qui a cru, il y a à peu près deux ans, se choisir un berger; et qui se découvre, au réveil, pris dans un piège.

Au moment où se tient votre congrès, des Béninois sont en exil politique, des Béninois sont constitués en prisonniers politiques et liment leurs dents contre les barreaux, sous de fallacieux prétextes; les partis politiques sont déstabilisés; les élus du peuple qui opposent l’audace à la plate sujétion, sont rageusement traqués jusque dans leur dernier retranchement.

Vous pouviez décider de prendre le parti de ceux qui briment; mais j’ai vu en vos rangs des hommes et femmes debout; seuls contre tous, à l’Hémicycle, pour préserver notre démocratie contre les attaques mortifères de ceux qui auraient dû la protéger.

Vous pouviez décider la reddition ; mais j’ai vu en vos rangs d’intrépides combattants bravant tous les périls, afin que la veuve et l’orphelin ne se retrouvent seuls, livrés à eux-mêmes.

Oui. C’est vrai. Il y eut aussi parmi vous des déserteurs, un grand nombre de « soldats » que vous aviez habillés pour le « front », et qui, au contact de la dure épreuve du terrain, ont rendu leur « paquetage », ont pris le parti de l’or et des paillettes, et ont fait piteusement allégeance aux hommes forts du moment.

La roue tournera. Nous avons, vous et nous, la co-responsabilité de la faire tourner, jusqu’à redonner le sourire à la veuve et l’orphelin; aux prisonniers politiques qui portent le flambeau de la justice dans leurs cœurs déchirés mais refusent de se rendre; aux exilés, qui recherchent le sourire de leurs compatriotes et ne voient que larmes et désillusions dans leurs yeux.

Le moment, comme dirait Aimé Césaire, est venu de << de ceindre comme un vaillant homme>>.

La Renaissance du Bénin, la seule, l’unique, légale, légitime, salue votre engagement, votre mobilisation, votre témérité.

Elle reconnaît et salue l’œuvre quoique imparfaite, mais au moins humaine, au moins sociale, au moins empreinte de la crainte de Dieu de votre leader charismatique, le président Thomas Boni YAYI.

Les militants de la Renaissance du Bénin sont et demeureront à vos côtés, pour l’œuvre de libération totale de notre pays.

Bons travaux à vous !

Je vous remercie.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus