Politique

Liberia : les magistrats désapprouvent la réduction des salaires, un obstacle pour Weah ?

Dès son arrivée à la tête du Liberia, le nouveau président George Weah n’a pas hésité à faire comprendre clairement son intention de réviser la constitution du pays dans le but de réduire le salaire du président. Cette décision, même si beaucoup la trouve salutaire, du côté de la justice du pays, certains juges auraient désapprouvé systématiquement cette manœuvre visant à réviser la Constitution.

Weah avait prit cette décision non seulement dans l’intention de réduire le train de vie des autorités exécutives afin de permettre un meilleur épanouissement des libériens, mais aussi pour montrer le chemin aux investisseurs et bailleurs de fonds afin que ces derniers puissent investir dans son pays avec confiance que les fonds seraient bien utiliser.

--- Publicité---

Dans cette perspective, le successeur d’Ellen Johnson Sirleaf a annoncé une réduction de 25% de sa rémunération et a invité les parlementaires à en faire autant. Cependant, la proposition de Weah ne fait pas l’unanimité. Le journal Daily Observer, cité par Afrique sur 7, a révélé que certains juges s’opposent à cette mesure.

« Les salaires et autres avantages accordés aux juges et aux magistrats ne seront pas diminués sans l’adoption d’un programme national par le législateur tel que consacré par l’article 72 de la Constitution de 1986 au Libéria »

Certaines sources contactées par Afrique sur 7, ont révélé que si les magistrats désapprouvent cette décision du président, c’est simplement parce que cela constitue une menace pour leurs allocations. Les juges libériens gagneraient actuellement 4 500 $ US par mois, ce qui est considérable dans un pays où la majeure partie de la population active est à moins de 100$ le mois. Le site trouve que, accepter la proposition du Chef de l’Etat signifierait mettre fin à cette somme plutôt conséquente en ces temps de vache maigre.

Le média révèle par ailleurs la désapprobation du juge Roosevelt Z. Willie de la Cour criminelle en ces termes : « Les salaires et autres avantages accordés aux juges et aux magistrats ne seront pas diminués sans l’adoption d’un programme national par le législateur tel que consacré par l’article 72 de la Constitution de 1986 au Liberia ». En clair, les magistrats souhaitent toujours maintenir leurs salaires et leurs primes.

Toutefois, la Justice libérienne a tenu à démentir cette idée développée par le journal Daily Observer. Elle dénonce « un mensonge audacieux », mais aussi une tentative visant à discréditer publiquement les juges et magistrats de la République.

---Publicité---

2 commentaires

  1. Quelle bande de sangsues. La plupart des intellectuels ne pense qu’à leurs intérêts personnels au détriment des intérêts du peuple. Souhaitons que l’article 7 soit voté par le législateur pour permettre d’amorcer un début de solutions au profil du bien être de la population. Je souhaite que le Président Georges WEAH aille au bout de ces genres de réformes.

Bouton retour en haut de la page
Fermer

Adblock détecté

Pour continuer à bénéficier gratuitement des services de ce site, vous devez d'abord supprimer votre bloqueur de publicité