Togo : enfin une date pour le début du dialogue social

Les choses se précisent enfin. Dans un communiqué rendu public ce vendredi matin, pour le démarrage des pourparlers entre le pouvoir et l’opposition, il est annoncé l’ouverture du dialogue.

Longtemps repoussé et laissant les togolais dans une totale incertitude quant à l’issue de la crise sociopolitique qui secoue le pays, la tenue du dialogue tant attendu par les uns et les autres semble finalement se préciser. La date du 15 février a été retenue pour entamer les négociations.

En tout cas, c’est ce qui ressort du communiqué conjoint des représentants des deux Chefs d’États médiateurs dans cette crise. Dans ledit communiqué, le ministre de la sécurité nationale du Ghana Albert Kan-Dapaah, et le ministre d’État à la présidence guinéenne, Tibou Kamara retiennent la date du 15 février pour le démarrage du dialogue entre le gouvernement et les partis d’opposition.

 «L’ouverture du dialogue aura lieu le 15 février 2018 à Lomé …les préoccupations de la Coalition des 14 partis concernant les personnes faisant l’objet d’une détention provisoire dans le cadre de l’affaire des incendies des marchés de Kara et de Lomé seront examinées de manière prioritaire à l’ouverture du dialogue, dans un esprit d’apaisement… Le cas des autres personnes encore en détention pour des faits commis dans le cadre des manifestations publiques organisées depuis le 19 août 2017, notamment celle dont la liste a été établie par la Coalition des 14 partis, sera examinés dans le même esprit et dans le respect des procédures judiciaires», stipule le communiqué.

Pendant ce temps, dès la date de publication de ce communiqué, il est convenu entre les différentes parties prenantes de la crise qu’aucune manifestation publique n’aurait lieu dans le pays. Des travaux en amont seraient effectués afin de déterminer l’agenda de cette rencontre et la liste de ceux qui pourraient participer à ladite rencontre.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus