Bénin – infrastructure : la route Godomey – Pahou toujours inachevée

La route inter Etat Godomey-Pahou, réalisée sous l’ancien régime ne semble pas combler toutes les attentes ; le projet est réalisé sans les pistes du trafic local.

Cela fait des années lorsque la construction de ce tronçon a démarré, au grand soulagement des usagers et autres riverains. Son achèvement partiel intervenait lorsque le gouvernement qui l’a initié rendait le tablier.

[su_heading size= »17″]A (re) lire aussi : 30ème Sommet de l’Union Africaine : enfin le Marché Unique Africain du Transport Aérien lancé [/su_heading]

Le successeur, c’est-à-dire le gouvernement Talon l’a hérité, parmi les plus nombreux similaires encore en chantier, malheureusement. Mais celui qui retient notre attention ici, est ce grand projet de l’UEMOA, dont la réalisation avait fait des vagues.

Plusieurs cadres du ministère des transports avaient, en effet, évoqué des malformations et dénoncé des malfaçons.

On en retient qui sont aujourd’hui aux affaires. Et la fin de ce projet qui devrait intervenir plus tôt, a été prolongée suite à ces constats de malfaçons. Ainsi, des dos d’âne construits, et qui causaient beaucoup d’accidents ont été purement et simplement rasés et la route remise à niveau normal. Le gouvernement de Patrice Talon aurait exigé des corrections avant toute réception.

[su_heading size= »17″]A (re) lire aussi : Bénin – projet COLODO : une construction sans fin… [/su_heading]

Aujourd’hui, ce qui frappe le plus et qui donne à cette route un goût d’inachevé, est bien sûr la non construction des voies du trafic local, bordant cette route.

D’aucuns avaient prédit un trafic en bitume, d’autres habitués prévoyaient des pavés, tout comme si le projet était conçu suivant la norme cotonoise.

Sans qu’on nous dise clairement que cette route a déjà été reçue provisoirement, nous nous demandons encore dans quel état elle devrait l’être ? Avec ou sans cette bordure aujourd’hui devenue des cuvettes d’eau de pluie ou des lacs artificiels propres à abriter des oies ou des canards.

[su_heading size= »17″]A (re) lire aussi : Routes Missessinto-Zè : Les sinistrés sommés de libérer les emprises avant fin janvier [/su_heading]

La population ainsi que les usagers, et surtout les riverains qui subissent les désagréments d’une telle chose veulent être situés. Le ministre Cyr Koty et les siens devront nous expliquer de quoi exactement cela retourne.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus