A la UnePolitique

Bénin: la question des salaires des ministres, « trop » tabou pour Patrice Talon ?

Le chef de l’Etat béninois, le président Patrice Talon est déterminé à garder secret son salaire et ceux des membres de son gouvernement en dépit de la suspicion et des polémiques que suscite ce que perçoit chaque mois l’équipe gouvernementale qui invite le peuple à serrer la ceinture.

En effet, le 20 février 2018, la cour constitutionnelle, suite à la requête d’un citoyen qui demandait aux sept sages de constater l’inégalité instaurée par le gouvernement entre les émoluments de ses membres et les présidents des institutions, a rendu la décision  Dcc 18-045. N’ayant pas tous les éléments d’appréciation du recours, la cour, après examen a rendu ladite décision dans laquelle, elle dit clairement qu’elle ne serait pas en mesure de se prononcer en l’état; c’est à dire sans avoir connaissance de ce que gagne le président de la République et les membres de son gouvernement.

--- Publicité---

Ainsi, après les travailleurs et les professionnels de la presse, la cour constitutionnelle a cherché vainement à connaitre combien gagne un membre du gouvernement de la rupture. “Le Président de la République et le ministre de l’Economie et des Finances n’ont pas cru devoir répondre aux correspondances de la Cour leur demandant de faire tenir à la haute Juridiction leurs observations, de mettre à sa disposition les fiches de paie des ministres et le décret actuel portant détermination du traitement, des avantages et des indemnités des membres du Gouvernement.” a mentionné la décision.

En effet, selon le contenu de la décision Dcc 18-045 rendue le 20 février 2018, la cour constitutionnelle fait transparaître clairement qu’elle a entrepris des démarches auprès du président de la République et auprès du ministre de l’économie et des finances. Des démarches qui n’ont pas fait avancer la cour qui s’est butée au silence du gouvernement. « le silence du Président de la république et du ministre de l’économie et des finances aux mesures d’instruction de la Cour » tel que mentionné dans le recours est donc un refus catégorique du président Patrice Talon et de son ministre de finance, Romuald Wadagni de faire connaitre à l’opinion nationale, la grille salariale que s’est imposée le régime du « Nouveau départ ».

Que peut bien cacher le président Patrice Talon et les membres du gouvernement ? Quelle peur ont – ils à rendre publique leur salaire ? Ont -ils peur de confirmer la rumeur quand on sait qu’au Bénin, toute rumeur est le début d’une vérité qui cherche désespérément à se cacher ?

En tout cas, nous n’aurons peut-être jamais la réponse à ces interrogations du moins pas avant la fin du mandat en cours. Une bien curieuse position qui renforce les suspicions et rapproche de la vérité les montants de 8 Millions et de 16 millions agités dans l’opinion nationale.

Il faut retenir néanmoins que déférant à la requête de la cour constitutionnelle, le directeur général adjoint du Trésor public a cependant fourni à la Cour, le décret n° 2006-87 du 30 avril 2006 portant fixation du traitement des membres du gouvernement sous le régime de Boni Yayi et le décret n° 2017- 042 du 25 janvier 2017 qui fixe les traitements et régime indemnitaire actuellement applicables aux préfets, aux secrétaires généraux de département et aux chargés de mission des préfets. Malheureusement, ces informations n’ont pas permis à la haute juridiction  de trancher la question soulevée par le requérant.

---Publicité---

Un commentaire

  1. C’est bien le paradoxe d’une gouvernance donneuse de leçons qui joue maladroitement sur le terrain de la transparence.
    Attendons de voir, même si c’est au péril de nos maigres ressources, on verra claire sur la profondeur des entailles dans nos livres comptables.

Bouton retour en haut de la page
Fermer

Adblock détecté

Pour continuer à bénéficier gratuitement des services de ce site, vous devez d'abord supprimer votre bloqueur de publicité