Bénin – négociations gouvernement – syndicats : un énième échec en vue ?

La fronde sociale au Bénin prend une allure inquiétante depuis quelques semaines. Une situation qui met en mal plusieurs secteurs d’activités de l’administration publique surtout au niveau de l’enseignement primaire et secondaire où plane le vent d’une année blanche. Face à une telle situation, le gouvernement s’est visiblement ravisé et a appelé de nouveau les partenaires sociaux à la négociation.

[su_heading]A (re) lire aussi : Bénin : la cstb marque son opposition à la rencontre de négociation de demain [/su_heading]

Une démarche qui pourrait apporter le dégel souhaité par les différents acteurs. Mais il se fait que les syndicats opposent un préalable à la négociation que le gouvernement balaie du revers de la main. Une divergence qui risque de compromettre la nouvelle rencontre de négociation prévue pour ce mardi 13 mars 2018. En effet les centrales syndicales exigent la rétrocession des défalcations sur salaire effectuées par le gouvernent pour fait de grève avant toutes négociations. Une exigence à laquelle ne compte pas satisfaire le gouvernement qui l’a clairement signifié lors de la dernière sortie médiatique du ministre Joseph Djogbenou . Pour lui, les défalcations sont légales et la rétrocession ne peut en aucun cas être un préalable pour les négociations entre syndicats et gouvernement.

[su_heading]A (re) lire aussi :Dieudonné Lokossou : « la fronde sociale au Bénin est une provocation du pouvoir » [/su_heading]

Comme pour lancer les hostilités et lever un coin de voile sur ce qui se passera demain, le secrétaire général de la confédération syndicale des travailleurs du Bénin (Cstb) a déjà annoncé l’opposition de son organisation syndicale à la rencontre de négociation. A en croire Kassa Mampo, il n’est pas question pour la confédération syndicale des travailleurs du Bénin (Cstb) de se soumettre à une nouvelle ruse du gouvernement. Il poursuit en précisant que sa présence sur les lieux demain serait pour notifier aux émissaires du gouvernement que la restitution des fonds défalqués doit précéder toutes discussions.

[su_heading]A (re) lire aussi : Bénin – Grève: le gouvernement dépose enfin les armes et tend la main[/su_heading]

Les autres organisations syndicales n’ont pas encore pour le moment affiché une position publique par rapport à cette nouvelle rencontre. Mais il faut notifier que tout comme leur camarade de la Cstb, ils exigent également la rétrocession des sous défalqués avant toutes négociations. Ils pourraient donc le rejoindre demain et ensemble ils vont une fois encore claquer la porte. Mais en face, le gouvernement pourrait contre toute attente se soumettre à l’exigence des centrales syndicales pour permettre l’évolution des négociations.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus