Bénin – retard de l’approbation du budget de la ville de Cotonou : les clarifications du maire Isidore Gnonlonfoun (vidéo)

Le maire par intérim de la ville de Cotonou, Isidore Gnonlonfoun, s’est prononcé dans la matinée de ce jeudi 15 mars 2018 sur le retard observé dans  l’approbation du vote du Budget primitif 2018 de la ville de Cotonou. Ceci fait fuite au rejet dudit budget voté le jeudi 30 novembre 2017 par l’autorité de tutelle.

Selon le maire intérimaire de la ville de Cotonou, malgré les difficultés rencontrées au cours de l’année 2017, le conseil municipal de Cotonou a fait violence sur lui même pour voter, dans les délais requis, le budget primitif 2018, c’est dire qu’ au plus le 30 novembre 2017. « Notre budget primitif exercice 2018 a été voté après un débat constructif au sein du conseil municipal de la ville de Cotonou » a-t-il rappelé. A l’en croire, l’objectif était de permettre que l’autorité de tutelle ait le délai requis d’un mois afin qu’à partir du premier janvier 2018, la ville puisse disposer de son budget. Mais contre toute attente, l’approbation dudit budget a connu un retard considérable. En réponse à la question relative aux raisons de ce retard, le maire a tenu à faire des clarifications. Selon lui, le budget a été retourné par l’autorité de tutelle. Suite à ce rejet, le conseil communal de la ville de Cotonou a convoqué une session extraordinaire au cours de laquelle, le budget remanié a été voté à nouveau avec les observations avant d’être retransmis a l’autorité de tutelle après un débat constructif.

D’éventuels impacts négatifs sur les actions de la mairie?

« Le retard de l’approbation du budget ne risque t-il pas d’impacter négativement les actions de la municipalité le long de cette année» ? A cette question, la réponse du maire Isidore Gnonlonfoun est sans équivoque.« C’est évident, parce qu’en situation normale, il y a la séparation de l’ordonnateur et du comptable ». A en croire ses explications, il y a des procédures. Aussi explique t-il  » (…) nous sommes attachés dans les dispositions du code des marchés publics. C’est vrai qu’il faut suivre la procédure mais nous sommes dans une gestion de proximité ». 

Pour le maire Isidore Gnonlonfoun, au regard des dispositions du code des marchés publics, les procédures sont longues. A en croire ses clarifications, quelques soient les efforts déployés, il aura des impacts négatifs sur le fonctionnement de la ville ; sur le fonctionnement de l’administration municipal; sur le fonctionnement du conseil municipal, et par ricochet sur le mieux être de nos concitoyens. A ce titre, il annonce avoir pris des initiatives pour que ces impacts soient atténués dans une large proportion. C’est pourquoi, suite à l’approbation du budget, tous les services municipaux concernés sont a pieds d’œuvres afin que les intérêts des populations soient sauvegardés. Le maire de la ville vitrine du pays entend donc rattraper  ce retard dans l’exécution de certains projets de développement. Pour lui, quelque soit le problème, les autorités à divers niveaux doivent assurer la continuité du service public.

Il convient de signaler que le budget de la mairie de Cotonou s’équilibre en recettes et en dépenses à la somme de seize milliards (16.000.000.000) de francs CFA alors que le budget voté par le conseil communal de la ville de Cotonou le 29 novembre 2017 s’évaluaient à seize milliards soixante neuf millions sept cent cinquante mille franc CFA  (16 069 750 007 FCFA).

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus