Société

Bénin : rétrocession des défalcations opérées par inadvertance (maternel et primaire)

Par courrier n°0455/MEMP/DC/SGM/SP du 16 mars 2018, le ministre des Enseignements maternel et primaire, Salimane Karimou, a ordonné aux directeurs départementaux la prise de mesure de rétrocession des défalcations opérées sur salaire par inadvertance.

Selon le courrier du ministre Karimou, en dépit des précautions prises par les structures compétentes du ministère de l’Economie et des finances, des défalcations ont été opérées par inadvertance sur les salaires des enseignants n’ayant pas observé les mouvements de grève. En vue de rétablir les enseignants concernés dans leurs droits, le ministre a instruit les directeur départementaux aux fins de leur établir  un certificat de présence au poste.

--- Publicité---

[su_heading size= »17″]A (re) lire aussi : Bénin : confusion autour de la suspension de la grève dans l’enseignement primaire[/su_heading]

« Pour l’établissement de ces pièces justificatives, le conseiller pédagogique de zone concernée doit se fonder sur l’examen du registre d’appel, du journal de classe de l’enseignant, des fiches pédagogiques exécutées, de quelques cahier de leçons, des devoirs écrits effectués pendant la période couverte par le mouvement de grève », précise le courrier du ministre Karimou.

Le ministre a par ailleurs précisé qu’une fois les conditions réunies, le certificat de présence au poste délivré aux enseignants concernés devra être signé par le conseiller pédagogique de la zone et contre signé par le Chef de la région pédagogique. Il a, pour finir, mis en garde contre toute complaisance dans la mise en œuvre de cette mesure. « Toute complaisance constatée sera dûment punie conformément aux dispositions des textes en la matières », a-t-il insisté.

---Publicité---

Bouton retour en haut de la page
Fermer

Adblock détecté

Pour continuer à bénéficier gratuitement des services de ce site, vous devez d'abord supprimer votre bloqueur de publicité