Pour Human Rights Watch, la Libye n’est pas encore capable d’organiser des élections

L’organisation américaine Human Rights Watch (HRW) affirme que la Libye est incapable de tenir des élections libres et équitables dans son climat actuel.

L’avertissement de HRW s’articule autour des inquiétudes que les électeurs, les candidats et les partis politiques en Libye courent le risque de «coercition, de discrimination et d’intimidation». Cela rend difficile la fourniture de garanties, même minimes, de sécurisation de tout type de processus électoral.

Le groupe de défense des droits de l’homme affirme que les groupes armés continuent de menacer, d’intimider et d’attaquer les personnalités judiciaires et les responsables. Il souligne également que le «cadre légal d’une élection reste opaque» et demande instamment à la commission électorale de mener «des audits transparents de son registre électoral afin d’écarter toute inexactitude».

[su_heading size= »17″]A (re) lire aussi : Libye : Saïf al-Islam , le fils de Mouammar Kadhafi annonce sa candidature à l’élection présidentielle [/su_heading]

Les gouvernements rivaux de l’Etat d’Afrique du Nord prévoient d’organiser des élections parlementaires et présidentielles cette année, bien qu’une date n’ait pas encore été fixée.

Ils n’ont toujours pas introduit de nouvelles lois électorales, ni modifié les articles existants dans la déclaration constitutionnelle de la Libye pour définir les pouvoirs de ce qui serait le premier président élu du pays. Les Etats membres de l’ONU et de l’UE ont encouragé la Libye à organiser des élections.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus