« La leçon de l’Elysée! », une chronique de Sulpice Oscar Gbaguidi

Ce qui ressemble à l’une des affiches politiques de l’année a tenu toutes ses promesses. La visite de Talon à l’Elysée a fait exploser le plafond des espérances.

Dans le registre En Marche pour la Rupture ou plutôt la Rupture en Marche, l’attelage Talon-Macron inaugure une nouvelle ère dans les relations entre la France et le Bénin. L’inspirateur du Nouveau départ blinde ses ambitions dans l’Hexagone et tient de nouvelles certitudes positives. Les incurables cassandres avaient agité une imaginaire fatwa de l’Elysée contre le locataire de la Marina. Mais, l’agenda de l’icône des réformes n’était pas un tissu de chimères.

En pleine déprime, l’opposition s’était écroulée dans ses délires à la veille de la visite de travail de Talon dans la capitale française. Les petits névrosés du marécage anti-rupture avaient d’ailleurs hérissé leurs poils à l’annonce de la rencontre Talon-Macron. Mais l’aigreur, la haine et la méchanceté ruisselant dans les canaux d’intoxication n’ont pu provoquer le flop escompté. La diplomatie béninoise a opposé son pragmatisme et son efficacité à la rhétorique de l’Apocalypse.

[su_heading size= »17″]A (re) lire aussi : Retombées de la visite de Talon à l’Elysée : que coûte au Bénin « la générosité » de la France ?[/su_heading]

La gouvernance de la rupture axée sur les réformes et l’implacable lutte contre la corruption suscite l’admiration de l’équipe Macron. A quelques jours du deuxième anniversaire de son investiture, Talon marche sur l’eau avec cette nouvelle percée outre méditerranéenne et des acquis qui démentent les commérages de mauvaise foi des nostalgiques d’une époque condamnée par l’Histoire.

Le président quitte l’Elysée avec dans sa valise des trésors pour la Nation. Une assurance-crédit de 175 millions d’euros pour le futur hôpital d’Abomey Calavi, 43 millions d’euros pour le réaménagement de la cité lacustre de Ganvié, des financements pour le développement du tourisme, le renforcement des partenariats dans la formation et l’éducation…La cruciale question du retour des biens culturels enregistre des avancées majeures.

Au-delà d’évidentes affinités développées par Talon et Macron, l’attelage trace des sillons en vue des perspectives heureuses pour le peuple de rupture qui brisa naguère le rêve des prédateurs et offrit un naturel plébiscite au légitime géniteur du Bénin Révélé. La France soutient fortement le projet de « réformes courageuses » mis en œuvre par le Président Talon. Et les mots de Macron sont limpides comme l’eau de roche.

[su_heading size= »17″]A (re) lire aussi : Visite de Talon en France : le mémorandum de Léonce Houngbadji contre le chef de l’Etat[/su_heading]

« Nous sommes clairement engagés à vos côtés », tranche-t-il avec force et intelligence. Les polémistes de caniveau avaient encore désespérément soulevé une ridicule histoire d’agenda et une vaine polémique sur la date de la visite. Talon était à l’Elysée à l’invitation du président de la République française Emmanuel Macron, la lettre d’invitation a été transmise au chef de l’Etat par un membre du gouvernement, Jean Baptiste Lemoine, Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de l’Europe et des Affaires Etrangères.

Et Paris n’a pas réservé des miettes à grappiller pour la légende de la rupture.
Talon tisse sa toile de développement malgré le bourdonnement impudique de détracteurs vivant sur le terreau de préjugés, de vices, d’intoxication et d’interminable foire à polémique. Et l’Elysée n’a pas écouté les sirènes de l’intoxication. Macron épouse la vision du Nouveau départ. Une belle leçon.

Sulpice Oscar Gbaguidi

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus