Mutation de l’UN en parti politique : des risques d’éclatement à peine voilés

Mutation de l’UN en parti politique : des risques d’éclatement à peine voilés

Les responsables de l’alliance politique « Union fait la Nation » ont du mal à trouver la formule pour faire la mutation de l’alliance à un parti politique. Contrairement au discours tenu par ses responsables pour faire croire à l’opinion nationale que tous les jalons sont désormais posés pour réussir cette mutation, la réalité en est tout autre.

Contrairement aux forces cauris pour un Bénin Émergent (fcbe) qui ont pu réussir le pari en devenant un parti politique au terme de leur deuxième congrès ordinaire, l’union fait la nation (UN) couve une guerre de leadership qui risque de faire éclater l’alliance en provoquant le départ de certains.

[su_heading size= »17″]A (re) lire aussi :Bénin : quand l’Union fait la Nation met au défi le parti FCBE [/su_heading]

Les responsables de cette alliance politique sont tellement conscients de la situation qu’ils adoptent la politique de l’autruche en repoussant à chaque fois le test fatal qui pourrait mettre à nu la véritable guerre de leadership à laquelle est confrontée cette alliance politique. Le dernier conseil national tenu le 10 Mars dernier n’est qu’un test qui a été fait pour jauger le projet de mutation.

Les tournées de sensibilisation actuellement en cours dans le pays ne sont en réalité que l’une des  preuves de l’hésitation des responsables de cette alliance à affronter la réalité. Sur le terrain, les menaces sont mêmes perceptibles.

[su_heading size= »17″]A (re) lire aussi :Bénin – politique : après les FCBE, l’ »union fait la nation » annonce son congrès [/su_heading]

En effet, en tournée ce samedi 17 Mars 2018 dans le plateau, Me Bastien Salami, coordonnateur de l’Union fait la nation (UN) et conseiller communal à Sakété, pour informer les militants à la base de l’UN sur l’évolution des démarches en cours pour la mutation de l’alliance en parti politique, a tenu un discours qui cache bien les dissensions et les guerres de leadership que couve ‘UN.

 » …Nous sommes à Sakété et Sakété s’est toujours illustré ; vous constaterez que à travers l’ancrage que prend actuellement le Madep au sein de l’Union, Sakété ne suit pas malheureusement et une hirondelle ne fait pas le printemps. Même si moi en tant que coordonnateur, je m’impose pour dire c’est celle-là l’orientation, vous constaterez que la population ne nous suivra pas parce que la population est entrain de voir dans tout ce qui se passe comme une scission du Madep et si il y a une scission, j’ai bien peur que les 12 mille personnes qui nous ont accompagnées à la victoire législatives de 2015 ne puissent pas nous suivre ; j’ai bien peur pour cela, c’est pour cela que la marge de manœuvre que nous avons aujourd’hui, c’est de rassembler tout ceux qui sont écartés sinon, nous aurons du mal, nous en tout cas, à intégrer un groupe comme ça dans la division ; j’ai toujours prôné l’action dans l’unité mais si cette unité n’est pas retrouvée, je serai malheureusement moi, amené à me retirer de cette formation politique » a laissé entendre Me Bastien Salami devant les militants à la base de Sakété.

Si l’Union fait la nation peut se targuer d’être l’un des pionniers de la réflexion sur la réforme du système partisan avec l’appel vibrant aux grands regroupements politiques, malheureusement, cette mutation se révèle être une véritable traversée du désert pour ce parti politique.

A lire également