A la UneSociété

Nigéria : bonne nouvelle, les filles de Dapchi libérées mais la menace persiste toujours

Les extrémistes de Boko Haram ont renvoyé un nombre inconnu des 110 filles enlevées dans leur pensionnat au Nigeria il ya un mois avec un avertissement inquiétant, ont indiqué des témoins mercredi.

Les combattants ont roulé dans la ville vers 2 heures du matin dans neuf véhicules et les filles ont été laissées dans le centre de la ville. Comme les résidents terrifiés ont émergé de leurs maisons, les extrémistes ont dit « ceci est un avertissement pour vous tous », a déclaré Ba’ana Musa, correspondant de l’Associated Press.

--- Publicité---

« Nous l’avons fait par pitié et ne remettez plus jamais ces filles à l’école », ont déclaré les extrémistes aux habitants de Dapchi. Boko Haram signifie «l’éducation occidentale est interdite» dans la langue haoussa.

Il n’était pas immédiatement clair combien des 110 filles avaient été libérées. Les membres de la famille étaient en route vers la ville mercredi matin. « Quand j’arriverai là-bas, nous ferons un compte pour voir si tous ont été libérés », a déclaré Bashir Manzo, dont la fille de 16 ans était parmi les kidnappés lors de l’attaque du 19 février dernier. Quelques heures plus tard, Manzo a confirmé que sa fille était parmi les personnes libérées. « Au moment où je vous parle, il y a de la jubilation à Dapchi », a-t-il dit.

Des habitants médusés

L’enlèvement de masse et la réponse du gouvernement ont ramené des souvenirs douloureux de l’attaque de 2014 contre un pensionnat à Chibok. Les militants de Boko Haram ont enlevé 276 filles et une centaine d’entre elles ne sont jamais revenues. Certaines filles ont été forcées d’épouser leurs ravisseurs, et beaucoup ont eu des enfants engendrés par les militants.

Les habitants de Dapchi ont fui mercredi matin en apprenant que les véhicules de Boko Haram se dirigeaient vers la ville. « Nous avons fui mais, de notre cachette, nous pouvions les voir et, étonnamment, nous avons vu nos filles sortir des véhicules », a déclaré Umar Hassan à l’AP. « Ils ont rassemblé les filles et leur ont parlé pendant quelques minutes et sont partis sans aucune confrontation », a déclaré un autre habitant, Kachallah Musa.

Leur libération intervient un jour après qu’un rapport d’Amnesty International a accusé l’armée nigériane de ne pas avoir tenu compte de plusieurs avertissements concernant l’attaque imminente du mois dernier. L’armée a qualifié le rapport de «mensonge catégorique».

Le gouvernement du Nigeria a célébré la libération des filles. « Grandes nouvelles de Dapchi, Etat de Yobe Merci à Dieu pour le retour en toute sécurité de nos sœurs Alhamdulillah! », a déclaré un assistant du président Muhammadu Buhari, Bashir Ahmad, sur Twitter.

---Publicité---

Un commentaire

  1. Petite contribution à votre article : plasticienne j’ai réalisé une oeuvre intitulée « Hommage à Malala » sur les terribles enlèvements des jeunes lycèennes par Boko Haram, en écho au grand combat pour l’éducation des filles de Malala Yousafzai. Une installation que j’ai pu présenter à 400 lycéens français pour la Journée des Femmes 2018. L’action est aussi la pédagogie et le débat.

    A découvrir : https://1011-art.blogspot.com/p/homage.html

Bouton retour en haut de la page
Fermer

Adblock détecté

Pour continuer à bénéficier gratuitement des services de ce site, vous devez d'abord supprimer votre bloqueur de publicité