|

Bénin – Affaire Atao : le gouvernement bientôt à la barre

Porté disparu depuis le 08 décembre 2018 suite à son interpellation dans l’affaire « faux médicaments », le député Atao Hinnouho est de retour au bercail depuis ce vendredi 27 avril 2018. A son arrivé il s’est rendu au tribunal de Cotonou pour faire sa déposition au juge d’instructions.

Selon son avocat qui l’accompagnait, il aurait été bastonné par des forces de l’ordre qui l’ont traité comme un criminel. Le député a été par la suite évacué aux services des urgences du CNHU, car il se tordait de douleurs suite aux coups reçus.

[su_heading size= »17″]A lire aussi : Bénin – Supposée bastonnade du député Atao Hinnouho : le Directeur de la police républicaine se prononce[/su_heading]

Face à cette situation, ses collègues de la minorité parlementaire ne comptent pas rester les bras croisés.« Nous allons demander au gouvernement de venir à l’Assemblée nationale pour expliquer ce qui s’est passé et savoir si dans un Etat de droit la force publique peut continuer d’agir comme cela ? Est-ce que ces comportements respectent la règle ? » a fait savoir Nourénou Atchadé au micro de RFI.

Selon Nourénou Atchadé, le gouvernement sera donc interpellé dans les jours à venir par une question orale d’actualité pour apporter des clarifications à ce qui s’est passé. Il faut rappeler que certains députés de la minorité parlementaire ont rendu visite à leur collègue Atao Hinnouho dans la journée du dimanche 29 avril 2018.

A lire également

6 Commentaires

  1. C’est le gouvernement qui l’a donc bastonné selon ce député pour qu’il pense rédiger une question orale pour défendre son collègue pharmacien !!!
    On est dans un pays éhonté on dirait, où tout le monde peut se lever et faire ce qu’il veut sans qu’aucun citoyen n’ait le droit de lui demander quoique ce soit.

  2. Le scénario de ce cinéma est bien pensé: Atao se rend au tribunal; déclare que la police l’a frappé. Et comme la justice est instrumentalisée, on fait appel à son « peuple » et aux alliés politiques. Le même « peuple » qui a formé un bouclier humain autour de lui pour faciliter sa fuite…

  3. Ça fait même pleurer. Ce pays dégringole dangereusement avec les politiciens que nous avons aujourd’hui. Si quelqu’un a mal au ventre, on demande au gouvernement de venir s’expliquer. La honte. On connait le stratagème concocté par ce soi disant honorable et ses acolytes parce que voyant la façon dont il a quitté le pays ne l’honore pas et n’honore pas ses acolytes puisqu’ils s’appellent honorables (une appellation qui fait marrer même), ils lui ont demandé de rentrer au pays. Une fois devant le juge, la stratégie mise en place sera mise en branle. Il simule une agression, il se retrouve à l’hôpital et ses acolytes vont exiger son évacuation à val de grâce, à salpêtrière ou en Afrique du sud et Talon le père noël va accepter. Et le tour est joue. Ainsi, cette fois-ci, il est sorti du pays par la grande porte. Il vivra aux frais de la princesse tranquillement et le dossier est mis en veilleuse sinon classé. C’est ce que nous avons voulu, pauvres de nous. La question que je me pose et je voudrais que les gens me situent: Et sa femme dans tout ça? Est ce qu’elle est rentrée aussi? Evidemment ce ne serait pas possible parce que son honorable de mari doit retourner d’ou il vient. C’est triste. Pauvre Bénin.

Laisser un commentaire