Bénin – Affaire FNM: Koutché donne l’exemple de responsabilité qui doit faire école au sein de la classe politique

Le vendredi 06 Avril 2018, l’ancien Directeur Général du Fond National de Micro finance (FNM), Komi Koutché s’est rendu au tribunal de première instance de Cotonou où Il a été écouté par le juge d’instruction en charge du dossier du Fonds National de Micro finance.

Contrairement à d’autres acteurs politiques qui ont préféré l’exil à la procédure judiciaire susceptible de laver leur honneur, l’ex argentier national du président Thomas Boni Yayi a fait l’option de la responsabilité en posant l’acte élégant de se rendre dans le bureau du juge d’instruction en charge du dossier alors que la rumeur avait abondamment circulé qu’il avait lui aussi fui le pays et qu’il est recherché par un mandat d’arrêt délivré contre lui par le procureur de la République.

[su_heading size= »17″]A (re) lire aussi :Bénin – Affaire FNM : Komi Koutche se rend à la justice [/su_heading]

Si l’acte de se rendre dans un cabinet du juge d’instruction est un acte banal et ordinaire, le contexte politique actuel, la personne mise en cause et la pratique dans le pays retiennent l’attention.

En effet, c’est un secret de polichinelle que le mal dont souffre le Bénin est politique. Si le pays a connu autant de retard dans son développement, c’est du fait des acteurs politiques qui ont fait l’option d’appauvrir le pays pour s’enrichir au détriment de la grande masse. Un constat général fait depuis le renouveau démocratique qui devrait normalement propulser le développement du Bénin.

Il est donc difficile de mettre la main sur des politiciens pourtant coupables de détournement de deniers publics. Les cas de procédure non aboutie de levée d’immunité parlementaire de certains députés sont illustratifs du système d’auto protection et de protection réciproque profondément installé par ces acteurs pour échapper à la justice. Le cas de bouclier humain spontanément constitué par des personnalités politiques dans certaines circonstances est aussi évocateur du système dans lequel  évolue le Bénin.

Dans le contexte actuel où la lutte contre la corruption est soupçonnée d’avoir portée une forte dose de sélectivité et les procédures judiciaires menacées de manipulation, l’ancien ministre Komi Koutché pourrait bien ne pas se faire écouter et faire comme d’autres en  s’éclipsant et en criant à la  persécution.

[su_heading size= »17″]A (re) lire aussi : Bénin : « La justice est le dernier rempart de notre démocratie », dixit Komi Koutche[/su_heading]

Mais loin de cette option, il a préféré faire confiance à la justice de son pays. Un exemple de courage politique que doit imiter tous les acteurs politiques qui ont eu à gérer des ressources de l’Etat. La posture du ministre Komi Koutché est donc à encourager au sein de la classe politique béninoise et les citoyens doivent travailler à ne plus se laisser manipuler par des acteurs politiques qui font obstruction à la manifestation de la vérité.

Komi Koutché vient de tracer le chemin. C’est donc désormais le chemin à suivre. Il est donc à souhaiter que ceux qui sont chargés de dire le droit fassent davantage preuve d’honneur et de liberté d’esprit afin que la justice rendue soit crédible. C’est seulement comme cela que nous pourrons construire la Nation.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus