Bénin : les daagbovis ont commémoré la passion du Christ à travers un long chemin de croix

Bénin : les daagbovis ont commémoré la passion du Christ à travers un long chemin de croix

2000 ans après la mort de notre sauveur Jésus-Christ, les Daagbovis revivent une fois encore le vrai chemin de la croix. La Passion du Christ a été revécue ce vendredi 30 mars sur la Sainte Colline Sovidji de Banamè.

La deuxième journée du pèlerinage pascal ; celle du vendredi saint sur la Sainte Colline d’Ézéchiel a été ponctuée de quatre étapes essentielles.
De la bénédiction préalable introduisant les solennités à la communion au corps et sang du Christ en passant par le rite de l’enterrement traditionnel du Christ appelé « Mewui hwendo » en fongbé et la prière universelle pour la paix dans le monde, tous ces moments ont été vécus par les Daagbovis en compassion à la douleur du Christ.

D’entrée de jeu, la première étape, celle de la bénédiction préalable a été précédée de la purification des Daagbovis à l’eau de Nazareth (Wokou) et de la récitation de l’acte de contrition puis du chapelet de la divine miséricorde, en réparation des souffrances du Christ Jésus qui a donné sa vie en rançon pour le salut des hommes.

Une fois ces prédispositions observées et la bénédiction préalable prononcée, est venue l’étape du mémorial du vrai chemin de la croix. Un chemin de croix réparti en 18 stations réellement vécues par le Christ et non 14 reconnues par l’église catholique romaine.

Il a débuté par trois lectures tirées respectivement du livre d’Esaïe (52, verset 13 et 53 verset 12), de la Lettre de St Paul au hebreux (4, verset 14-16 et 5, verset 7 à 9) puis de l’évangile de Jésus selon St Jean (18, verset 1-19), ces différents textes ont tous retracé les événements de la passion du Christ. Au cours de ce moment, les Daagbovis en signe d’amour et de reconnaissance au Christ, ont parcouru ces 18 stations sur la Très Sainte Colline Sovidji de Banamè.

S’en est suivi après, la troisième et ultime étape des manifestations. Celle du rite de l’enterrement traditionnel du Christ nommée minhwi-hwendo. Une cérémonie traditionnelle au cours de laquelle un rythme funéraire appelé « Avi zinli » en langue fongbé est exécuté.
Le baiser donné par les fidèles à la croix du Christ et la communion à Son corps et à Son sang sont les dernières étapes qui ont fermées la marche des différentes cérémonies entrant dans le cadre de la mort du Christ en ce vendredi Saint.

Venus depuis 24 heures, c’est vers 22h 30 mn que les Daagbovis ont pu voir le cortège céleste composé du Souverain Pontife, Le Pape Christophe XVIII et de Nanyé Nicole la représentante de la Vierge Marie sur terre.

Ces derniers, dépassés par le comportement désobligeants des Daagbovis ainsi que par les événements de ces derniers jours, les ont entretenu sur plusieurs sujets dont l’avènement des trois jours trois nuits dont personnes même les Daagbovis ne sont pas sûrs de s’en sortir; l’importance de faire la volonté de Dieu en tout temps en occurrence le respect inconditionnel des prescriptions de DAAGBO afin d’échapper aux crimes rituels ainsi qu’aux différents pièges du malin par ces temps qui courent. Pour finir, ils ont attiré l’attention des Daagbovis sur l’immense amour que Dieu a pour ses enfants.

Outre le Saint Père et Nanyé Nicole, la soirée du vendredi a aussi connu la présence de Son Éternité DAAGBO Dieu Esprit-Saint et de Son Fils Jésus-Christ le Nazaréen. Tous deux, ont exhorté les Daagbovis à la véritable conversion.
Démarrées depuis 14 h 30 mn c’est vers 04 heures du matin que les manifestations se sont achevées.

A lire également