|

Bénin – ministère du cadre de vie: le dossier de surfacturation confié au procureur

Le jeudi 15 mars 2018, l’opinion publique est informée d’une rocambolesque affaire de surfacturation de 328 millions au ministère du cadre de vie et du développement durable. La puce a été mise à l’oreille par l’autorité nationale de lutte contre la corruption (Anlc).

Depuis, le chef de l’Etat est attendu sur ce dossier d’autant qu’il a promis, devant la représentation nationale, de faire de la lutte contre la corruption le combat de tous les instants.

[su_heading size= »17″]A (re) lire aussi :Benin – surfacturation au ministère du cadre de vie: José Didier Tonato appelé a la barre [/su_heading]

Aux dernières nouvelles, le chef de l’Etat, Patrice Talon aurait confié le dossier au procureur de la République, Gilbert Ulrich Togbonon qui s’en a déjà saisi pour la suite judiciaire. Plusieurs personnes concernées par ce dossier ont été écoutées par la Brigade économique et financière (Bef).

Selon quelques indiscrétions, le chantre du « nouveau départ » est vraiment préoccupé par ce dossier qui a éclaboussé son régime. Le silence qui s’observe autour de ce dossier discrètement transmis à la justice est symptomatique de la gène que procure au chef de l’Etat ladite affaire.

Pour rappel, le ministère du Cadre de vie et du développement durable a lancé en décembre 2017, un marché d’acquisition de 84 motos cross avec des pièces de rechange et 23 véhicules pick-up au profit du projet de gestion des forêts et terroirs.

[su_heading size= »17″]A (re) lire aussi :Lutte contre la corruption au Bénin : une passation irrégulière de marché public épinglée par l’Anlc [/su_heading]

Les prix pratiqués à l’achat seraient au dessus des prix réels. L’Anlc révèle qu’une moto qui coûte chez le concessionnaire, 1.375.000 francs Cfa est facturé à 5.142.121 francs, soit trois fois plus cher. La surfacturation ainsi opérée sur l’achat des 84 motos s’élèvent donc à environ 328 millions de francs Cfa.

A lire également