Crise Syrienne : Vers un « dangereux » virage  ?

Dans un tweet publié ce mercredi 11 avril 2018, le président américain a annoncé son intention de vouloir frapper le gouvernement de Bachar Al-Assad au nom de la protection des droits de l’homme.

Les occidentaux lui reprocheraient d’avoir fait usage d’arme chimique contre ses citoyens dans la ville de Douma. Russes et Américains ne s’accordent pas les violons sur une résolution pacifique du conflit Syrien. Si la réaction de Donald Trump sur le réseau social tweeter parait assez simple, elle pourrait conduire l’humanité dans un nouveau «cataclysme». C’est donc vers un horizon dangereux  que ces Puissances Occidentales sont en train de conduire l’humanité 73 ans après la fin de la Seconde guerre mondiale.

[su_heading size= »17″]A (re) lire aussi : La Russie met en garde les Occidentaux contre tout acte pouvant « déstabiliser » la Syrie [/su_heading]

Après les rivalités diplomatiques en cours  entre les Russes et les Occidentaux autour de l’Affaire Skripal, c’est une nouvelle brèche qui s’ouvre au Moyen-Orient  autour du conflit Syrien. Si de petits différends ont mis le feu aux canons et conduit  à la première et la seconde guerre mondiale, le conflit Syrien présente aujourd’hui  les mêmes caractéristiques. Qui ne se rappelle pas encore de l’assassinat du prince austro-hongrois en juin 1914 ou de l’envahissement de la Pologne par l’Allemagne  le 1er septembre 1939, ayant conduit respectivement à la première et la seconde guerre mondiale.

Dans le conflit en cours en Syrie, les pays Occidentaux et plus particulièrement les États-Unis semblent ne plus avoir le monopole de la situation, en un mot la Russie et ses Alliés Chinois et Iraniens sont  en train de les damer le pion. Dans ce conflit, c’est avant tout une question de « guerre hégémonique ». Une « question de guerre hégémonique » sur fond de négligence de l’avenir du monde, car « l’utilisation de l’arme nucléaire » serait aussi en jeu.  La  « Première Puissance militaire et économique » des États-Unis est  mise à rudes preuves. La situation est d’autant plus inquiétante parce que ces puissances qui se rivalisent en Syrie disposent pour la plupart de l’arme nucléaire.

Et celles qui n’en possèdent pas,  disposent du « Parapluie nucléaire » Américain Ou Russe.

[su_heading size= »17″]A (re) lire aussi : Donald Trump à Vladimir Poutine: « tiens-toi prête Russie… les missiles arrivent.. » [/su_heading]

En Syrie, les États-Unis ont mené sans succès sept années d’intrigues en vue d’un changement de régime visant à renverser le gouvernement de Bachar Al-Assad  soutenu par les Russes et les Iraniens. Précédemment Washington avait annoncé son intention d’occuper de facto un tiers du pays et de rassembler une armée par procuration de 30 000 hommes des milices kurdes et islamistes pour combattre l’Etat Islamique (EI), ce qui a créé des conditions favorables non seulement pour des affrontements directs avec l’Iran ou la Russie, mais aussi avec la Turquie, censée être l’un de ses alliés dans le cadre de l’OTAN.

[su_heading size= »17″]A (re) lire aussi : Syrie : les troupes américaines et turques sommées de quitter immédiatement le pays [/su_heading]

Le magazine « The Economist », l’influent hebdomadaire londonien décrit par Karl Marx il y a plus de 150 ans comme « l’organe européen » de « l’aristocratie des finances », a consacré ses derniers numéros à « The Next War » (la prochaine guerre) et « The Growing Threat of Great Power Conflit » (la menace grandissante de conflit entre grandes puissances). Son éditorial principal démarre sur un avertissement effrayant : « Le plus grand danger », écrit-il, « réside dans une erreur de calcul due à une incapacité à comprendre les intentions d’un adversaire, conduisant à une escalade militaire imprévue qui échappe à tout contrôle ». Ce dont il s’agit, c’est une escalade vers un holocauste nucléaire. Ce serait la fin d’une belle époque pour l’humanité.  Les conséquences désastreuses de l’utilisation de la bombe atomique sur les villes Japonaises de Nagasaki et d’Hiroshima les 06 et 09 août 1945 pendant la seconde guerre mondiale continuent aujourd’hui. En tout cas,  la dernière trouvaille de Donald Trump sur twitter et la réaction de la Russie de répondre coup pour coup aux éventuelles frappes occidentales en Syrie inquiètent. Elles pourraient conduire inévitablement l’humanité dans un « dangereux virage »

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus