Société

Zimbabwe : des infirmières grévistes licenciées par le vice-président

Des infirmières en grève au Zimbabwe ont décidé de retourner au travail demain après que le gouvernement a refusé de se plier à leurs demandes. Mais elles comptent poursuivre leur affaire devant la Haute Cour afin de tenter d’empêcher le gouvernement de les licencier et d’embaucher de nouvelles recrues.

Les infirmières qui se sont mises en grève lundi dernier ont été sommairement licenciées par le vice-président Constantino Chiwenga mardi. Chiwenga a indiqué que l’action d’arrêt de travail était politique ; mais un observateur dit que ceci pourrait être le modus operandi de la nouvelle administration.

--- Publicité---

[su_heading size= »17″]La rédaction vous conseille aussi : Zimbabwe : le président Emmerson Mnangagwa classé parmi les 100 personnalités les plus influentes de 2018 [/su_heading]

Selon les premiers rapports, 16 000 infirmières ont été licenciées, mais le Sunday Mail a annoncé aujourd’hui que seulement 5 093 lettres de licenciement avaient été émises. Le journal indique que le chiffre initial a été gonflé pour des raisons politiques, car le pays compte un total de 16 974 infirmières.

L’Association des infirmières et infirmiers du Zimbabwe a déclaré qu’elle mettait fin à la grève parce que la «cause de l’action collective des infirmières était hautement politisée». « Cela nous a dépeint sous un mauvais jour. Pour ouvrir la voie à des négociations et à la protection de nos travailleurs, nous avons décidé de mettre fin à l’action revendicative « , a déclaré M. ZiNA cité par le Standard.

---Publicité---

Un commentaire

  1. Merci à ces infirmières d’avoir retrouvé le chemin du service et de prendre réfuge à la cour.

Bouton retour en haut de la page
Fermer

Adblock détecté

Pour continuer à bénéficier gratuitement des services de ce site, vous devez d'abord supprimer votre bloqueur de publicité