Benin: Atao Hinnouho evoque les non-dits sur l’affaire dite de « Faux médicaments »

Principal mis en cause dans l’affaire dite de « Faux médicaments » qui agite l’opinion publique depuis le 07 décembre 2017, le député Atao Hinnouho a donné enfin de la voix. Dans une interview exclusive accordée à une radio de la place, l’élu de la 15ème circonscription électorale dénonce dans ce dossier un « acharnement » contre sa personne et une tentative d’intimidation du pouvoir de la rupture.

Atao Hinnouho ne se reproche rien. Il rejette toutes les accusations portées à son encontre dans cette rocambolesque affaire qui est loin de connaître son épilogue. Même s’il reconnait avoir été le Représentant du Laboratoire New Cesamex au Bénin, il souligne par ailleurs qu’il s’en est retiré depuis qu’il a été élu Conseiller communal. Contrairement à ce qui est distillé dans l’opinion, Atao Hinnouho fait savoir que le laboratoire New Cesamex exerce de façon légale depuis plus de 10 ans au Bénin et a connu plus de trois Directeurs de pharmacie.

[su_heading size= »17″]A lire aussi : Bénin : le député Atao Hinnouho tenu prisonnier au CNHU ? [/su_heading]

«Depuis plus de 12 ans, je ne suis plus représentant de ce laboratoire. Le laboratoire lui-même a repris le contrôle de la gestion dans le pays et depuis ce temps, je ne participe plus ni de près ni de loin à aucune activité du laboratoire…», a expliqué le député. Et de poursuivre : «J’ai constaté que les dépôts ont été attaqués depuis le 08 décembre 2017 et pour des raisons de santé, je me suis retiré pour aller me faire soigner. J’avoue que je n’ai pas fini de me faire soigner avant de prendre la décision le 27 avril passé de me présenter à la Justice béninoise…».

Atao parle des vraies raisons de l’affaire

C’est de notoriété publique: le courant ne passe plus entre le Président de la République Patrice Talon et le député Mohamed Atao Hinnouho, membre du groupe de la minorité parlementaire ayant rejeté le 04 avril 2017 le projet de révision de la Constitution. Serait-il entrain de faire les frais de son opposition à cette réforme phare du Chef de l’Etat? Les propos du principal mis en cause dans ce dossier semblent le prouver à plus d’un titre. «J’ai pris tout mon temps pour ne rien dire parce que mon avocat m’a dit retire-toi, c’est pour toi qu’ils ont monté le coup. Ils ont tout monté pour pouvoir me prendre en flagrant délit et aller me déposer en prison», a-t-il laissé entendre. Selon le député, les vraies raisons de la lutte contre les faux médicaments déclenchée par le gouvernement de la rupture sont ailleurs. Pire, il s’agit d’une pure diversion du peuple béninois afin de détourner son attention de l’essentiel.

«Le problème de faux médicaments est un véritable faux problème. Le problème est entre le député Atao Hinnouho et le Président Patrice Talon… Qu’on cesse de tromper le peuple. J’ai pris tout mon temps pour observer pour voir jusqu’où le Président Talon veut aller. Mais, j’ai vu qu’il a pensé m’intimider. Moi, on ne m’intimide pas», a lancé l’élu parlementaire. Pour finir, le député de la 7ème législature se dit serein. Il n’a peur de rien. «On dit prison, ce n’est pas les hommes qui sont en prison? C’est les animaux qui sont là-bas?», s’est-il interrogé avant de conclure: « Moi, Atao, je n’ai peur de rien… Je n’ai peur de personne…».

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus