Bénin: «le meilleur peut arriver à tout moment» selon Boni Yayi

L’ancien Chef de l’Etat, Boni Yayi porte toujours les Béninois dans son cœur. Il l’a encore prouvé ce samedi 26 mai 2018 lors du lancement des activités de l’école de son parti, les Forces Cauris pour un Bénin Émergent (FCBE). Ceci en présence d’une forte mobilisation des militants et sympathisants venus des différentes communes de la 6ème circonscription électorale.

A cette occasion, l’ancien Président Boni Yayi a remercié les Béninois pour la confiance placée en sa personne durant ses dix ans de gestion au sommet de l’Etat. Toutefois, il  reconnaît que tout n’a pas été rose sous sa gouvernance. C’est pourquoi, il en a profité pour demander « pardon » à l’ensemble du peuple béninois pour les erreurs commises.

«Je suis là aussi pour la refondation de notre pays», a-t-il fait savoir.

Cette refondation permettra de corriger les insuffisances du passé et surtout la détermination inébranlable de faire du Bénin une puissance de la sous-région et une puissance spirituelle ou régnera l’amour et l’amitié. Sa nouvelle mission sera désormais de protéger ses concitoyens partout où besoin sera. «Mais sachez que partout, le travail qui me reste  maintenant, c’est la protection de chacun de vous sans être Président en exercice»,  a-t-il assuré sans manquer d’exhorter les Béninois à adhérer massivement aux idéaux du parti qui s’est doté désormais d’une école  pour le renforcement de l’Etat de droit et de la démocratie au Bénin. <<Cette école conduit au chemin de l’espoir… Nous devons avoir cette conviction que le meilleur peut arriver à tout moment. C’est le parti de l’espoir>>, a-t-il insisté.

Boni Yayi dit «NON» à la violation de la Constitution

L’ancien Chef de l’Etat s’insurge également contre la violation de la Constitution du 11 décembre 1990 sous le gouvernement de la rupture. «…nous avons rehaussé le Bénin en respectant notre chère constitution…», a-t-il indiqué. Attaché au respect des principes démocratiques, il clame haut et fort qu’il n’acceptera jamais le non-respect de la loi fondamentale à laquelle il a accepté de se plier au cours de ses deux mandats présidentiels. «Nous n’accepterons jamais la violation de notre loi fondamentale, aucune force n’y touche, j’en suis convaincu», a-t-il martelé. Par ailleurs, il a invité les Béninois à se donner la main pour le développement réel du Bénin.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus