Football – Corruption : Michel Platini blanchi par la justice suisse, la fifa n’en démord pas…

Michel Platini, ex-président de l’UEFA suspendu par la Fifa jusqu’en octobre 2019 pour un paiement sans contrat écrit de 2 millions de francs suisses (1,8 million d’euros), a été blanchi par la justice suisse, a indiqué, vendredi 25, Le Monde.

Selon les révélations du Monde, Michel Platini a été innocenté par la justice suisse dans l’affaire du versement des 2 millions de francs suisses. Celui qui était alors président de l’UEFA avait été suspendu initialement huit ans fin 2015 par la justice interne de la Fifa pour ce paiement de 2 millions de francs suisses (environ 1,8 million d’euros) reçu de Sepp Blatter, ex-président déchu de la FIFA, sans contrat écrit. Platini avait alors été suspendu jusqu’en octobre 2019, l’empêchant de briguer la succession de Blatter à la tête de l’instance internationale. Cette suspension avait ensuite été réduite à six ans en appel en interne à la Fifa, puis à quatre ans par le Tribunal arbitral du sport (TAS), plus haute juridiction sportive.

L’ancien capitaine des Bleus avait ensuite saisi le Tribunal fédéral suisse, pour contester cette sanction. Mais cette cour avait confirmé en juillet 2017 la suspension de Platini de toute activité liée au football pendant quatre ans, soit jusqu’en octobre 2019. L’ex-triple Ballon d’or n’a jamais digéré sa mise au ban. Il avait ainsi dénoncé récemment « les juges de pacotille de la Fifa et du TAS » qui « ne sont pas de vrais juges », ajoutant qu’il finirait « par avoir raison », dans un long entretien au magazine Marianne.

Parallèlement à la suspension infligée par la Fifa, la justice suisse avait entendu le Français en tant que « personne appelée à donner des renseignements », équivalent en France du statut de témoin assisté. Cette procédure pénale ouverte en septembre 2015 visait Sepp Blatter, président déchu de la Fifa, à l’origine du paiement controversé. « Nous vous confirmons que la présente procédure n’est pas menée à l’encontre de votre mandant, Michel Platini, assure à Me Solari le procureur suisse. Nous pouvons également vous confirmer que votre mandant ne sera pas incriminé dans le cadre de la présente procédure », écrit Le Monde, qui reproduit des extraits du courrier.

[su_quote cite= » Me Solari, avocat de Michel Platin »]il n’y a pas de charges suffisantes contre lui, et on ne va pas le poursuivre  [/su_quote]

Platini est « clairement innocenté ». « C’est une double affirmation : à ce stade il n’y a pas de charges suffisantes contre lui, et on ne va pas le poursuivre, car le procureur s’est fait la conviction qu’on n’avait rien à lui reprocher dans cette affaire », explique Me Solari au Monde.

La Fifa rappelle que Platini a été suspendu pour « violation du code d’éthique »

Au lendemain de l’annonce de la mise hors de cause de Michel Platini par la justice suisse, la Fifa reste ferme et rappelle que le Français a été suspendu « pour violation du code d’éthique ».

« M. Platini a été suspendu pour violation du code d’éthique. La décision a été maintenue par le Tribunal arbitral du sport qui a confirmé les accusations mais a réduit la durée de la suspension », de 6 à 4 ans, a réagi samedi matin la Fifa dans un communiqué transmis à l’AFP.

« Il a toujours été très clair pour la Fifa comme pour le TAS que M. Platini n’a jamais été visé par une enquête criminelle en Suisse. Les éléments d’un acte criminel dans la loi suisse sont différents de ceux pris en compte pour un acte prévu par le code d’éthique de la Fifa », a précisé la Fifa.

« Ni la Commission d’éthique de la Fifa ni le TAS n’ont étudié la question de savoir si M. Platini avait commis un acte criminel », a ajouté le communiqué.

La décision du TAS selon laquelle M. Platini « a commis plusieurs violations du code d’éthique a été confirmée par la Cour suprême suisse », à savoir le Tribunal fédéral, rappelle encore la Fifa.

De plus, comme le TAS l’a relevé dans ses attendus et comme l’a confirmé la Cour suprême, « le niveau de preuves en matière d’éthique sportive est plus bas qu’en matière criminelle », conclut l’instance du football mondial.

Si la Fifa ne lève pas la suspension de Platini, ses conseils « lanceront toutes les procédures nécessaires pour casser la suspension de la Fifa. Le feuilleton va continuer », a encore assuré l’ancien patron de l’UEFA dans un entretien à l’AFP.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus