Rachidi Gbadamasssi: « Yayi Boni souffre de l’ivresse politique »

L’élu de la 8ème circonscription électorale, l’honorable Rachidi Gbadamassi était l’invité de l’émission « Cartes sur table » de ce dimanche 20 Mai 2018. Plusieurs questions brûlantes de l’actualité ont été abordées avec le parlementaire du Bloc de la Majorité Parlementaire (BMP). Au titre des questions, il y a celle relative à la constitution de la coalition pour la défense de la démocratie communément appelée, la coalition de Djeffa.

Pour le député de la 8 ème circonscription électorale, la coalition de « Djeffa » est une coalition pour la défense des intérêts « égoïstes, inavoués, inavouables ». Pour lui, il suffit de regarder les membres de cette coalition pour se convaincre qu’ils ne se sont pas mis ensemble pour défendre les intérêts du pays mais des intérêts personnels.

[su_heading size= »17″]A lire aussi: Bénin : Patrice Talon donne son avis sur la constitution de la coalition de « Djeffa » [/su_heading]

A en croire le spécialiste de la politique comparée, Ajavon actuellement ne peut pas bien parler du président Patrice Talon à cause de ce qu’il souffre. De la même façon, quand on prend l’ancien président-Maire, Nicéphore Soglo, il doit avoir des dents dures contre le président Talon qui a décidé de la révocation de son fils, ancien maire de la commune de Cotonou. Pour ce qui est de Monsieur Boni Yayi, il va s’en dire qu’il ne peut jamais souhaiter que le président Talon réussisse son mandat. Le président du parti Durr Barka en arrive à la conclusion que ces personnalités qui, hier, se sont combattus ne peuvent pas se réunir aujourd’hui au tour de l’intérêt mais autour des privilèges personnels qu’ils ont perdu.

Insistant sur le cas de l’ancien président Thomas Boni Yayi qui a eu l’humiliation de se voir succéder au pouvoir par celui là même qu’il a contraint en exil avec des affaires de coup d’Etat et d’empoisonnement, le combat ne peut être qu’un combat pour l’échec de son successeur et par conséquent du peuple.

[su_heading size= »17″]A lire aussi: Rachidi Gbadamassi : « le mal qui freine le développement du Bénin, c’est la corruption »[/su_heading]

A en croire Rachidi Gbadamassi, cette dernière personnalité, c’est à dire l’ancien président Thomas Boni yayi est d’ailleurs très attaché au pouvoir et ne peut que poser des actes pour revenir au devant de la scène au détriment de l’intérêt du peuple. « …Yayi Boni souffre de l’ivresse politique » martèle Rachidi Gbadamassi qui trouve en l’activisme politique de l’homme, un amour trop prononcer pour le pouvoir. Aussi, estime t-il que la quête de l’intérêt général ne peut pas être le leitmotiv de la coalition de « Djeffa » composé de personnes qui ont des « problèmes à régler » avec le président Patrice Talon.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus