RD Congo – Épidémie d’Ebola : début des vaccinations expérimentales

Le gouvernement congolais a annoncé le démarrage lundi d’une campagne de vaccination contre le virus Ebola dans la province de l’Equateur, au nord-ouest de la République démocratique du Congo, ciblant quelque 600 personnes ayant eu des contacts directs ou indirects avec la maladie.

« La vaccination contre le virus d’Ebola débute ce lundi 21 mai 2018 et cible en premier lieu le personnel de santé, les contacts des malades et les contacts des contacts », a déclaré à la télévision d’Etat Flory Kabange Numbi, porte-parole par intérim du gouvernement.

[su_heading size= »17″]A lire aussi : Situation inquiétante en RDC, Ebola a atteint une ville d’un million d’habitants [/su_heading]

Les vaccins ont été utilisés pour la première fois lors d’un essai limité au cours de l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest en 2014 et 2016.

Cinq milles doses de vaccin ont été reçues à Kinshasa. Mais le gouvernement congolais en attend 300000.

Des partenaires ont promis « 300.000 doses » à la RDC pour cette opération dont la durée n’a pas été déterminée, a-t-il indiqué.

[su_heading size= »17″]A lire aussi : RDC : des casques bleus de la Monusco libérés par leurs ravisseurs [/su_heading]

« Ce vaccin vient pour bloquer l‘évolution de la maladie » même si, « ce ne sera pas une vaccination de masse parce qu’elle cible d’abord le personnel de santé », a déclaré le ministre congolais de la santé le Dr Oly Ilunga.

“Le deuxième cercle sera constitué des contacts des malades et des contacts des contacts”, a ajouté le ministre. Le nombre de personnes ciblées par cette première phase de vaccination est estimé à plus de 600.

Le directeur du programme élargi de vaccination Guillaume Ngoie Mwamba a été la première personne à recevoir ce vaccin, ont constaté des journalistes de l’AFP.

Le vaccin, fabriqué par l’entreprise pharmaceutique Merck, n’est pas encore homologué, mais il a été efficace dans des essais limités durant l’épidémie en Afrique de l’Ouest.

Le Dr Michel Yao, de l’OMS, a déclaré à la BBC que le vaccin avait été testé en Guinée et que “presque toutes les personnes vaccinées ne pouvaient pas contracter la maladie“.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus