Togo : l’opposition ne veut plus de la médiation de la CEDEAO

Pour tenter de résoudre l’interminable crise politique au Togo, la Cédéao a mandaté deux chefs d’Etat, Nana Akufo Addo du Ghana et Alpha Condé de la Guinée, pour conduire la médiation et ramener les protagonistes autour de la table de négociation.

L’organisation régionale aurait-elle mieux fait de ne pas intervenir dans la résolution de la crise togolaise ? En tout cas, tout porte à croire que les opposants togolais ne veulent pas de la présence parmi les facilitateurs du président guinéen Condé. Selon eux, il n’y aurait pas d’avancée avec Condé comme facilitateur.

[su_heading size= »17″]A Lire aussi : Togo : crise sociopolitique, le médiateur Nana Akufo-Addo prêt à jeter l’éponge ? [/su_heading]

« Le retour du président guinéen Alpha Condé dans la résolution de la crise togolaise ne fait pas vraiment avancer la situation », indique la coordonnatrice de la coalition de l’opposition, Brigitte Adjamagbo-Johnson, ajoutant que « c’est devenu compliqué. Le président ghanéen n’a plus à lui seul la maîtrise d’échanger avec les différentes parties pour une sortie rapide de crise ».

« S’ils veulent réussir, qu’ils s’assurent que les recommandations qu’ils vont faire,  obtiennent l’adhésion du peuple »

Selon ce que pensent les opposants à Faure Gnassingbé, les facilitateurs devraient renoncer à leur mandat s’ils ne sont pas capables de faire en sorte que le peuple togolais adhère aux recommandations qu’ils formuleraient, dans le cas contraire, la coalition pense que la Cédéao n’est pas vraiment indispensable dans le règlement de la situation au Togo.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus