Venezuela : pour Mélenchon, ceux qui dénoncent la présidentielle sont « des larbins des USA »

Jean-Luc Mélenchon, qui a toujours affiché son soutien au régime vénézuélien d’Hugo Chavez et de son successeur Nicolas Maduro, a jugé dimanche 20 mai que les pays qui dénoncent l’élection présidentielle au Venezuela sont « des larbins des USA ».

« Déjà, on peut discuter d’une élection au Venezuela, on ne pourrait pas avoir ce débat en Arabie saoudite, hein ? », a ironisé le chef de file de La France insoumise, interrogé lors du Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro.

Epuisés par une profonde crise économique, les Vénézuéliens votent dimanche pour la présidentielle où Nicolas Maduro vise la réélection lors d’un scrutin sans rival de poids, boycotté par l’opposition et non reconnu par une grande partie de la communauté internationale.

« Et le massacre au Yémen, on en parle quand ? »

« Il n’est pas vrai que l’opposition boycotte car il y a trois autres candidats », a affirmé le député des Bouches-du-Rhône tout comme « il n’est pas vrai », selon lui, de dire « que la communauté internationale dont vous allez nous donner le nom et le numéro de téléphone pour qu’on puisse éventuellement discuter avec » ne reconnaît pas le scrutin. Et d’accuser :

« Il y a un certain nombre de pays, autour des larbins des USA, qui ont décidé que cette élection ne leur convenait pas ».

Relancé sur les difficultés que vivent les Vénézuéliens pour se faire soigner ou de mères qui vont accoucher au Brésil, Jean-Luc Mélenchon a ironisé: « Oh mon dieu, comme vous me faites pleurer ! » Avant d’ajouter: « Et le massacre au Yémen, on en parle quand ? »

Il a ensuite livré sa grille de lecture de la situation dans ce pays d’Amérique du sud: « Il y avait une crise terrifiante au Venezuela, qui vient d’une partie de l’opposition qui est violente (…) Une partie de l’opposition est comme ça, c’est celle qui est la plus proche des Etats-Unis aujourd’hui ».

« C’est elle qui a créé une situation tellement explosive que le gouvernement vénézuélien a décidé d’en sortir par le haut » avec « une Constituante » et en décidant d' »avancer les élections présidentielles ». « Donc on règle les problèmes par les élections », a-t-il conclu.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus