A la UnePolitique

Bénin : Les comptes bancaires du quotidien « La Nouvelle Tribune » bloqués

Le quotidien La Nouvelle Tribune fait toujours de polémiques au niveau de l’actualité nationale. Outre ses démêlées avec la Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication (HAAC), le journal de Vincent Foly a des soucis avec le fisc. Reçu ce dimanche 03 juin 2018 dans l’émission « Sans langues de bois » de Soleil Fm, il a annoncé la fermeture de ses comptes bancaires par les services des Impôts.

A en croire le premier responsable de l’organe de presse, son journal a fait objet d’un redressement fiscal de l’ordre de 35 millions. Un montant qu’il a jugé très élevé pour les ressources dont il dispose pour le fonctionnement de l’organe. Ses démarches pour la reprise de l’opération a porté des fruits à deux reprises. Ainsi, de 35 millions il est passé dans un premier temps à 24 millions et après à 12 millions. C’est finalement le montant qui a retenu par les deux parties.

--- Publicité---

[su_heading size= »17″]A lire aussi : Suspension du quotidien « La nouvelle tribune » : Martin Assogba se prononce enfin[/su_heading]

Mais compte tenu de ses ressources limitées, Vincent Foly affirme avoir versé une somme de 2 millions avec à la clé, un engagement signé de commun accord avec les Impôts pour le règlement des 10 millions restants. A la grande surprise de ce dernier, une semaine après la signature , il reçoit une dénonciation de l’engagement. Ce qui selon ses dires signifie que l’engagement n’a plus de sens et qu’il devrait verser les 10 millions sans délais.

Malgré ses tentatives de protestation, le fisc est allé au bout de ses actions. Le vendredi 01 juin 2018, il reçoit une notification de la banque qui stipule que ses comptes sont bloqués. Pour Vincent Foly, ses ennuis avec le fisc coïncident avec la suspension de son journal par la Haac. Une coïncidence qui l’emmène à soupçonner un acharnement à son encontre, compte tenu de sa ligne éditoriale qui n’avantagerait pas le gouvernement.

 

---Publicité---

12 commentaires

  1. Qu’il prenne l’argent que l’opposition lui donne pour aller vilipender le Président pour payer! Yayi Boni est là le vendeur de poulets morts également. Le premier s’est servi proprement de l’argent public le second a bien profité du commerce de la de…ogu…e!

  2. Les gens manquent tout simplement de finesse dans la rage qui les anime. C’est clair qu’il y a
    de l’acharnement contre sa personne. Non content d’avoir suspendu son journal,ce sont ses comptes bancaires qui sont bloqués. Drôle de coïncidence dira-t-on. On se sert des moyens de l’état pour intimider un citoyen qui ne fait que correctement son travail. Ce qui est certain la roue tourne. Les bourreaux d’aujourd’hui seront à leur tour les proies de demain. Tout se paie ici bas.

    1. @ Sourou,
      Vincent Folly fait « correctement son travail » vous dites? je suis au regret de vous dire que vous êtes nouveau dans le groupe de ceux qui font le commentaire des articles sur les sites des journaux du Bénin. Si non, vous seriez parmi ceux qui dénoncent l’arbitraire sur le site internet du Journal de la LNT.
      Je suis malheureusement de ceux qui subissent l’arbitraire sur le site internet de la LNT, alors que les OLLA, qui ont la dent « dure » contre le gouvernement, ont pion sur rue sur le site de la LNT. Mes réactions sont systématiquement censurées et éliminées. Je viens d’ailleurs de faire une réaction aujourd’hui sur LNT, et je m’attend qu’elle ne soit pas publiée alors la même sur Beniwebtv est déjà publiée. Notez pour votre gouverne, monsieur Folly, comme la plupart des journalistes au pays, ne sont pas professionnels. Ils sont guidés par le but du gain.
      Nous y reviendrons. Merci,

  3. Il ne payait donc pas l’impôt hein… Il fallait aussi laisser « Sonagnon Hounyeme » finir de deverser sur la place publique les détails des prébendes que certains journalistes, y compris vincent Foly, perçoivent auprès des politiciens toutes tendances confondues. Cela permetrait de mieux comprendre la face cachée de nos journalistes

    1. On ne redresse pas les sociétés pour les redresser on redresse avec justice un peu de raison svp.

  4. Monsieur Folly,
    Je compatis à votre douleur, mais sachez que vous êtes pire que ceux que vous critiquez dans votre journal. Vous même reconnaissez que vous êtes « dur » contre le régime en place en déclarant que « c’est le journal qui a une opinion dure contre le régime qu’on veut sanctionner », alors que sur votre site LNT, vous n’autorisez pas les critiques de ceux qui sont « durs » contre vous et vos journalistes que j’appelle d’ailleurs des journaleux écrivallons. Moi Sauvy par exemple suis sanctionné sur votre site depuis des lustres, et cela ne vous a jamais rien dire. Revoyez votre copie et ne croyez que cela n’arrive qu’aux autres. Bonne chance pour la suite.

    1. @Sauvy Je confirme tes propos. Le commentaire que j’ai fait ci-dessus à propos du fameux « Sonangnon Hounyeme » est envoyé sur le forum de LNT, mais n’est pas publié. Pourtant, c’est Vincent Foly lui-même qui avait commencé la polémique dans sa fameuse mise en garde à l’intéressé. Ainsi va la liberté d’expression version Vincent Foly.

      1. @ Tonagnon,
        Hélas, ainsi va la liberté et la démocratie sous le cercle des tropiques. Vincent Folly et ses sbires croient que cela n’arrivent aux autres. À mon humble avis, ils sont pires que ceux qu’ils critiquent à longueur de la journée. Si tu as remarqué, sur la LNT, ceux qui ont la dent « dure » contre le régime de Talon ont pion sur rue sur la LNT. Ce sont les Olla Oumar, les Sonagnon, les Napoléon… pendant que d’autres comme nous autres, sont systématiquement censurés. C’est la liberté de presse version Vincent Folly/LNT. Il vient maintenant verser les larmes de crocodile pour parler « d’acharnement politique ». Acharnement politique djaan !!
        Je regrette ce qui lui arrive, mais je crois que cela doit lui servir de leçon. Qu’il expérimente version grandeur, l’injustice qu’il fait subir à de simples citoyens que nous sommes et qui n’avons pour ambition que de participer au développement de notre pays par la prise de conscience des uns et des autres à travers notre participation aux débats.
        Bonne chance monsieur Folly, c’est ma façon de vous réconforter.
        Merci,

  5. Donc tu n’étais claire vis à vis des impôts ? Et c’est toi qui viens crtiquer celui que dieu a établi sur le Bénin. Ton professeur Ahouansou qui n’est pas n’importe qui est où ? Tu peux aller le chercher pour t’aider non ? De n’importe quoi

  6. Je ne comprends pas mon pays et ceux qui y habitent. On dirait que nous sommes tous tombés sur la tête. Tous ceux qui ont des comptes à rendre pour avoir bien ou mal géré les fonds du pays confiés à eux, disent que rendre compte est un acharnement. Je voudrais prier ceux qui disent cela de nous expliquer pourquoi rendre compte de sa gestion des fonds publics est un acharnement. Bien sûr que je peux comprendre qu’ils disent que l’action est sélective. Soit. Mais il faut quand même accepter de rendre ses comptes et ensuite pointer du doigt les autres. Nous, en tout cas moi, je ne veux que cela. Il est quand même clair que chacun passera à son tour, chez le coiffeur. Y compris moi-même.
    Il en est de même de tous ces hommes d’affaires qui doivent aux fiscs. On leur demande de payer ce qu’ils doivent à l’Etat pour que ce même Etat dispose de moyens pour payer les travailleurs et les projets, on nous parle encore d’acharnement. Quand on a du linge sale, il faut se taire et se faire oublier. Evidemment, ça fait normal de se rappeler de vous, quand vous faites trop de bruit. Ce n’est pas bon de sélectionner mais que voulez-vous ? Moi aussi, je dois de l’argent à l’Etat béninois. En attendant de payer, je ne parle pas pour me faire remarquer. Faites comme moi, chers Messieurs et Dames.

    1. @ Fortuné,
      C’est bien dit. Surtout que ceux qui nous parlent « d’acharnement » ne sont pas irréprochables. Monsieur Folly pratique la censure sur sont site internet et verse les larmes de crocodile quand le gouvernement lui demande de faire son travail avec professionnalisme. C’est un drôle de journaliste et cupide homme d’affaire. Néanmoins je compatis à sa douleur.

Bouton retour en haut de la page
Fermer

Adblock détecté

Pour continuer à bénéficier gratuitement des services de ce site, vous devez d'abord supprimer votre bloqueur de publicité