Bénin : que savoir du Dr Benjamin Hounkpatin, le nouveau ministre de la santé ?

Le troisième gouvernement du Président Patrice Talon a été rendu public dans la soirée du mardi 05 juin 2018. Contrairement aux supputations, on note dans la nouvelle équipe gouvernementale seulement deux nouvelles entrées. Il s’agit de l’avocat au barreau du Bénin, maitre Sévérin Quenum au niveau du ministère de la justice et du docteur Ignace Benjamin Hounkpatin à la tête du ministère de la santé.

Benjamin Hounkpatin est né à Porto-Novo le 31 juillet 1974. En 2002 il obtient un Doctorat d’Etat en médecine suivi  d’un Certificat  d’Etudes  Spécialisées (CES) de  Gynécologie Obstétrique en 2007 et d’un Certificat d’auditeur qualité IRCA en 2011. En 2013, il est admis sur la Liste d’Aptitude aux Fonctions de Maître Assistant de Gynécologie Obstétrique (LAFMA) du Conseil Africain et Malgache pour l’Enseignement Supérieur (CAMES). Trois ans après, Benjamin Hounkpatin s’inscrit sur la liste d’aptitude aux fonctions de Maître de Conférences Agrégé en Gynécologie Obstétrique (LAFMC) du Conseil Africain et Malgache pour l’Enseignement Supérieur (CAMES).

[su_heading size= »17″]A lire aussi : Remaniement ministériel au Bénin: le communiqué officiel du gouvernement [/su_heading]

Ignace Benjamin Hounkpatin fût un agent du Centre hospitalier universitaire de la Mère et de l’enfant Lagune (Chu-Mel) de Cotonou. Il y occupait le poste de  Médecin responsable du secteur des urgences et des références/contre-références. D’avril 2012 à sa nomination, il était aussi Coordonnateur du Programme Régional « Santé de la Reproduction et prévention du VIH dans la région de la CEDEAO ». Il est auteur de plusieurs publications scientifiques sur la santé de la mère et de l’enfant.  Marié et père de 03 enfants, Benjamin Hounkpatin a été fait Chevalier de l’Ordre National du Bénin depuis 2017 et est en attente de la cérémonie de décoration.

Notons par ailleurs qu’il est membre titulaire de plusieurs sociétés médicales dont le Collège National des Gynécologues Obstétriciens du Bénin (CNGOB) depuis 2014 ; la Société Africaine de Gynécologie Obstétrique (SAGO), la Fédération Internationale des Gynécologues Obstétriciens (FIGO), la Société de Gynécologie et d’Obstétrique du Bénin et du Togo (SGOBT), le Groupe Interafricain d’Etude, de Recherche et d’Application sur la Fertilité (GIERAF) depuis 2011.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus