A la UneSociété

Côte d’Ivoire : le procès dans l’affaire « vol de 50 millions des forces spéciales » s’ouvre en octobre

En Côte d’Ivoire, la rocambolesque affaire de « vol de 50 millions des forces spéciales» dans laquelle est impliqué le Lt-Col Morou Ouattara, continue de faire  son chemin. Le colonel Ange Kessi, procureur du tribunal militaire a fixé une date pour le procès en octobre prochain, promettant de sanctionner les coupables.

Cette affaire a fait la « une » des médias ivoiriens pendant longtemps. Le montant représentant les primes des éléments des Forces spéciales, a disparu étrangement au siège de cette unité spéciale de l’armée ivoirienne. C’était il y a environ deux ans, en septembre 2016. Le Lt-Col Morou Ouattara avait été alors soupçonné et inculpé par le tribunal militaire dans ce cadre. Selon Afrique 7, le commissaire du gouvernement, Ange Kessi, s’était empressé de dire que l’inculpation de l’ancien chef de guerre n’était nullement synonyme de sa culpabilité.

--- Publicité---

Quoi qu’il en soit, le Caporal Etienne Brou, principal suspect dans l’affaire, avait eu « près d’une centaine d’échanges appels téléphoniques » avec l’ancien commandant de zone (Com’zone) de Bouna le jour du vol. Près de deux ans après les faits, le dossier vient d’être dépoussiéré par le tribunal militaire d’Abidjan, rapporte Afrique 7.

 « Le dossier est prêt et les cinq suspects dont deux officiers supérieurs seront jugés en octobre 2018 » annonce le procureur, ajoutant que « cinquante millions FCFA ont été détournés dans les fonds alloués par l’État aux forces spéciales. Cinq militaires suspects ont été arrêtés. Une enquête, puis une information judiciaire ont été ouvertes. A ce jour, l’information judiciaire est terminée. »

Le Commandant du bataillon de sécurisation de l’Est (BSE), jusque-là en liberté, pourrait avoir quelques soucis à se faire, car le chef du parquet militaire est déterminé à faire appliquer le droit dans toute sa rigueur et indifféremment de la personne jugée : « Nous sommes dans un pays de droit. On ne se fait pas justice. Si nous sommes saisis, aucun acte ne peut rester impuni. »

Notons que Morou Ouattara est le frère d’Issiaka Ouattara dit Wattao. Ces deux haut gradés sont proches du président de l’Assemblée nationale Guillaume Kigbafori Soro, qui a d’ailleurs maille à partir, ces derniers temps, avec le président Alassane Ouattara, rappel le site afrique-sur7.fr.

---Publicité---

Bouton retour en haut de la page
Fermer

Adblock détecté

Pour continuer à bénéficier gratuitement des services de ce site, vous devez d'abord supprimer votre bloqueur de publicité