A la UneSociété

« Je suis sûr que Patrice Talon ne peut pas supprimer » la vente de l’essence « Kpayo »

Depuis l’adoption du nouveau code de procédure pénal par les députés, les voix s’élèvent dans le rang des acteurs du commerce illicite des produits pétroliers. Invité ce Vendredi 08 Juin 2018 dans l’émission « Café Média Plus », Henry Assogba, président de l’Association des importateurs, revendeurs et transporteurs de produits pétroliers du Bénin reste dubitatif quant à l’effectivité de l’applications des dispositions de l’article 929 de la loi portant code pénal en République du Bénin.

[su_heading size= »17″]A lire aussi : Bénin : la vente d’essence « ;Kpayo » bientôt passible de peine d’emprisonnement [/su_heading]

--- Publicité---

Donnant son appréciation sur l’interdiction de la vente de l’essence frelatée et produits similaires, Henry Assogba doute que le chef de l’Etat le président Patrice Talon puisse interdire la vente du produit pétrolier frelaté sans autre forme de procédure. « …Je crois que le chef de l’Etat ne peut pas interdire la vente de l’essence dite Kpayo. Même s’il interdit, je crois que mes amis vendeurs ne peuvent pas cesser de vendre« a t-il laissé entendre. Pour lui, si les acteurs du secteur des produits pétroliers frelatés dans leur majorité ont voté pour le président Patrice Talon, c’est parce qu’ils savent qu’il est le mieux à même de les aider à réorganiser le secteur. Au pire des cas, il devait nous appeler pour qu’ensemble nous discutons des possibilités de reconversion des acteurs du secteur.

A en croire Henry Assogba, si le président Patrice Talon cherche à aller de la manière forte il échouera comme ses prédécesseur.  » L’interdiction a commencé depuis le temps du président Kérékou. Quand Yayi Boni est venu, il a même mis les militaires sur les voies mais cela n’a pas empêché la poursuite de l’activité. Je ne crois pas que le président Patrice Talon va accepter la violence. Tous les jours, il risque d’avoir des morts. Il y a des gens à Porto Novo qui ne reculent pas même s’il y a des véhicules de gendarme, ils sont capables de foncer sur le véhicule. Je ne suis pas sûr que le président Talon voudrait qu’il y ait des morts tous les jours  » précise t-il.

Sur la question des risques liés à cette activité, Henry Assogba affirme que toutes les activités présentent des risquent.  » Si vous êtes opérateur économique et que vous prenez l’avion. Il y a combien de personnes dans l’avion? Si l’avion crashait…Il y a des risques dans toutes les activités et si votre destin c’est de mourir dans le feu, vous n’avez pas besoin d’être vendeur d’essence pour être brûlé » assure t-il.

[su_heading size= »17″]A lire aussi : Bénin – Interdiction de la vente d’essence « kpayo » : les vendeurs fixent une condition pour obtempérer [/su_heading]

Le président de l’Association des importateurs, revendeurs et transporteurs de produits pétroliers du Bénin estime qu’on doit leur donner le temps et les accompagner, notamment les revendeurs qui n’ont pas assez de moyens à investir dans d’autres activités. Il souhaite rencontrer le chef de l’état afin qu’il discute sur la question mais en attendant cette rencontre, Henry Assogba annonce une sortie médiatique de tous les responsables communaux des acteurs du secteur de vente de l’essence frelatée.

Pour rappel, les députés de la septième législature ont adopté au cours de la plénière du lundi 04 Juin 2018, la loi 2018615 portant code pénal en République du Bénin. Ce document qui attend d’être promulgué par le chef de l’Etat comporte plusieurs nouvelles dispositions qui criminalise de nouveaux délits. C’est le cas par exemple de l’article 929 de la nouvelle loi qui mentionne que « le commerce des carburants, notamment : essence super, essence tourisme, pétrole, mélange deux temps ainsi que celui des lubrifiants aux abords des rues , dans les agglomérations, et tout endroit autre que les dépôts et installations de la Société nationale de commercialisation des produits pétroliers ou des distributeurs agréés sont rigoureusement prohibés ».

---Publicité---

3 commentaires

  1. voilà le raisonnement d’un béninois qui est responsible et qui dit ceci ” Si vous êtes opérateur économique et que vous prenez l’avion. Il y a combien de personnes dans l’avion? Si l’avion crashait…Il y a des risques dans toutes les activités et si votre destin c’est de mourir dans le feu, vous n’avez pas besoin d’être vendeur d’essence pour être brûlé”. Et ce monsieur veut discuter avec le chef de l’ Etat ? Pitiè mon Président faut pas perdre votre temps !

  2. C’est quand même bizarre que ce type vienne mène un raisonnement qui ne tient pas la route en voulant défendre le commerce illicite d’essence frelatée le long des voies Si tant est qu’il tient à vendre ce produit il n’a qu’à l’exposer à la maison

  3. Donc eux ils sont là pour accomplir le destin de ceux qui doivent mourir dans le feu. Le béninois est bizarre et atypique sa référence n’existe Nil part dans le monde

Bouton retour en haut de la page
Fermer

Adblock détecté

Pour continuer à bénéficier gratuitement des services de ce site, vous devez d'abord supprimer votre bloqueur de publicité