Bénin – levée d’immunité: passe d’arme entre Simplice Dossou et Adrien Houngbédji

Après le vote favorable à la levée de l’immunité parlementaire de l’honorable Idrissou Bako, le députés des forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe) Simplice Dossou, en prenant la parole n’est pas allé de la main morte pour dresser un réquisitoire contre le président de l’Assemblée nationale, Adrien Houngbédji. Mais ce dernier, comme la réponse du berger à la bergère, lui a aussitôt remis les points sur les « i ».

Réaction de l’He Simplice Dossou après le vote

Pour l’honorable Simplice Dossou, ce qui vient de se passer à l’Assemblée nationale est un coup dur pour la démocratie béninoise et l’image de l’institution parlementaire. « …Nous sommes suivis à l’international et on retiendra que c’est sous votre mandature que cela est arrivé » se désole l’He Simplice  Codjo Dossou.

YouTube video

L’élu fcbe prétend qu’il ne peut rester sans se prononcer face à l’injustice. « …Ce que je ne supporte pas du tout dans ma vie, c’est l’injustice » martèle t-il à l’endroit du président de l’Assemblée nationale. Le député Simplice Dossou affirme ne pas comprendre que la commission que lui même, Adrien Houngbédji,  a installé a produit un rapport dans lequel, il est clairement mentionné qu’il n’ y a aucune preuve confirmant ce qui est reproché à leur collègue; mais malgré cela, le bureau de l’Assemblée nationale, au lieu de ranger le dossier a fait voter la levée de l’immunité de leur collègue. « Cela détruit la bonne image de l’institution que vous dirigez. », s’indigne l’He Simplice Dossou.

[su_heading size= »17″] À lire aussi : Bénin – levée d’immunité de Djènontin: que dit le rapport de la commission ? [/su_heading]

Il dit par ailleurs qu’il est révolté que ça soit au temps de Me Adrien Houngbédji qu’une telle chose se passe. « C’est les innocents qu’on veut envoyer en justice. continuons à voter mais ce n’est pas bien. » conclut-il.

Réaction de Me Adrien Houngbédji

Piqué par le député des Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe), Adrien Houngbédji a rétabli la vérité en répondant à l’attaque de l’élu du peuple. « Notre règlement intérieur m’autorise à censurer les attaques contre ma personne. Pourtant je ne l’ai pas fait. Si je ne l’ai pas fait, c’est parce que j’ai un parcours qui me met au-dessus de tout ce que vous avez dit » a d’abord clarifier le président de l’institution parlementaire avant de rappeler son parcours à son interlocuteur. « J’ai été condamné à mort dans ce pays sans jugement. J’ai été condamné dans ce pays à l’exil pendant 15 ans, ma famille brisée et j’ai même été spolié. Donc s’il vous plait, arrêtez. » 

YouTube video

Pour rappel, par 59 « Oui », 18 « Non » et 01 abstention, les députés de la septième législature ont voté la levée de l’immunité de leur collègue Idrissou Bako, indexé par les audits du Cabinet Mazars, liés à la gestion des trois campagnes cotonnières de la période transitoire. Il est reproché à Idrissou Bako, DG de la SONAPRA au moment des faits, d’avoir conduit en tant que principal responsable de la structure technique qui a accompagné l’Etat, les campagnes sans procédures et sans outils techniques. Des dépenses non justifiées de près de 40 milliards, des passations de marché gré à gré, l’achat d’insecticides non facturés, mais aussi l’octroi de primes fantaisistes ont été relevés au niveau de cette structure. Le rapport a conclu que la Sonapra, dirigée par Idrissou Bako, a évolué dans la plus grande opacité.

[su_heading size= »17″] À lire aussi : Bénin: dépourvu de son immunité, l’He Idrissou Bako confie son sort à Dieu (audio) [/su_heading]

Suite au relevé du conseil des ministres, le procureur de la République, par lettre envoyée au bureau de l’Assemblée nationale a demandé la levée de l’immunité parlementaire de l’élu du peuple pour qu’il vienne répondre des choses qui lui sont reprochées. Suite au rapport produit par la commission spéciale mise en place par l’institution parlementaire, il ressort qu’il n’y a pas de charges suffisante pour faire droit à la demande de levée de l’immunité parlementaire demandée par la justice. La commission spéciale demande néanmoins la clairvoyance du bureau de l’Assemblée nationale pour attitude à adopter.

L’institution parlementaire fait alors l’option de soumettre au vote, la levée de l’immunité du député concerné. La suite, nous la connaissons.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus