Bénin – Révision de la constitution : Bruno Amoussou rompt le silence et apporte un élément nouveau

Après plus de 2 ans passés en retrait de l’actualité nationale, le président de l’alliance politique « Union fait la Nation » a rompu le silence ce Mardi 3 Juillet 2018 pour donner sa lecture de l’actualité brûlante de ces derniers moments.

Le plateau de la télévision nationale a servi de cadre au renard de Djatotomey pour cette sortie médiatique. La proposition de loi portant amendement de la constitution, le code électoral, le mode de la gouvernance sous le régime de la rupture sont quelques unes des questions abordées par le président Bruno  Amoussou.

Sur la proposition de loi, portant amendement de la constitution de 1990, initiée par un collège de 8 députés dont  le président de l’Union fait la nation, le président de l’union fait la nation, monsieur Amoussou Bruno, justifie la procédure de l’amendement de la constitution qui selon lui devient un impératif pour régler certains problèmes.

La principale raison qui milite à l’amendement de la constitution, selon le président Bruno Amoussou est le faite que de 2O19 à 2O21 le pays serait en élection. Cette situation qui se produit tous les 2O ans est insoutenable car ne laisse point de répit pour les actions de développement.

Le Président d’honneur du Parti social démocrate (Psd) et président de l’Union fait la Nation, Bruno Amoussou a apporté des clarifications sur les sujets d’intérêts publics qui suscitent méfiance et vives critiques dans la classe sociale. A ce sujet, il a fait savoir que le projet d’amendement de la loi fondamentale du 11 décembre 1990 n’est pas du goût du chef de l’Etat, Patrice Talon. A en croire, Bruno Amoussou, le chef de l’Etat a suggéré au groupe des parlementaires initiateurs du projet d’esquiver l’option de retoucher à la constitution.

Le président Bruno Amoussou a fait remarquer que les quatre  amendements contenus dans la proposition de loi portant  amendement de la constitution ne sont pas des éléments nouveaux mais des éléments dont tous les béninoises et tous les béninois conviennent  de l’importance.

A l’en croire, les inquiétudes que les gens émettent sur cette proposition portant amendement de la constitution n’est que le reflet « de notre culture de complot » qui nous fait percevoir comme suspect toute initiative.

Selon Bruno Amoussou, l’idée de cette révision partielle de la constitution ne vient pas du chef de l’Etat qui a même contesté l’idée d’introduire cette proposition à l’assemblée nationale .

« Même sur la proposition d’amendement de la constitution du 11 décembre 1990 il a fallut faire un plaidoyer auprès du chef de l’Etat. Il  n’est pas d’accord. »,

a précisé Bruno Amoussou.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus