Bénin: Robert Dossou attristé que la Cour des comptes fasse partie du train de référendum

L’intégration de la cour des comptes dans la constitution de Décembre 1990 n’est pas un argument suffisant pour prétendre réviser la constitution; c’est du moins ce que pense l’ancien président de la cour constitutionnelle, le bâtonnier Robert Dossou.

Invité ce weekend dans l’émission « Le Débat » sur les chaînes de radio BBC AFRIQUE et AFRICA N°1, l’ancien bâtonnier Robert Dossou exprime toute sa désolation de voir les représentants du peuple se cacher derrière la cour des comptes pour vouloir réviser la constitution. A l’en croire, c’est  pratiquement une obsession pour les acteurs politiques de vouloir intégrer la cour des comptes dans la constitution. Selon lui, nul besoin d’un référendum pour créer une cour des comptes qui, selon ses explications, n’est qu’une exécution d’une décision communautaire issue d’une organisation d’intégration qu’est l’Union africaine.

« Le statut juridique de la proposition de loi ou de projet de loi tendant à créer une Cour des comptes , au plan constitutionnel au Bénin, ne s’apparente pas au même statut juridique d’une simple initiative sous forme de projet ou de proposition. Je suis attristé, profondément attristé que la question de la Cour des comptes fasse partie du train de référendum ».

Robert Dossou

Il suggère donc que la création de la cour des comptes soit extraite des propositions d’amendement constitutionnel en ce sens que cette question ne revêt pas le même statut juridique que la question du couplage des élections ou de la représentativité des femmes.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus