RDC: une étrange nouvelle maladie décime les populations dans l’Est

Une maladie inconnue présentant des symptômes du virus Ebola fauche des vies depuis plusieurs semaines à Beni, dans l’Est de la République démocratique du Congo (RDC), a rapporté lundi Anadolu d’une source médicale.

« Depuis le mois d’avril, la maladie inconnue s’est déjà déclarée sur une trentaine de personnes dans la localité de Mangina près de la ville de Beni et a déjà fait une vingtaine de morts », a déclaré Alain Musondolya, directeur de l’hôpital de Mangina situé à une trentaine de kilomètres de la ville de Beni dans la province du Nord-Kivu, au média. Depuis début juillet, elle a fait 14 morts à Mangina, d’après cette source affirmant que la population locale assimilait cette malade à la « sorcellerie ». Les victimes manifestent « une forte fièvre, une hémorragie nasale continue et un vomissement hémorragique », a indiqué Michel Tosalisana, directeur de l’hôpital public de la ville de Beni, où trois morts ont été recensés depuis début juillet.

« Nous avons demandé aux autorités de lancer une campagne pour exhorter les populations de ne pas toucher les personnes présentant ces signes, il pourrait s’agir d’Ebola ou d’une quelconque autre maladie contagieuse et fortement meurtrière », a-t-il ajouté. « Cette maladie fait peur, nous craignons qu’il soit question d’une épidémie Ebola », s’est inquiété un fonctionnaire local joint au téléphone par l’agence Anadolu. « Les échantillons sont en cours d’envoi vers l’INRB (Institut national de recherche biomédicale) à Kinshasa pour déterminer cette maladie », a affirmé la chargée de communication du ministère congolais de la Santé, Jessica Ilunga.

La peste bubonique en Ituri

La télévision d’Etat a annoncé, lundi matin, qu’une « peste bubonique » frappe depuis quelques semaines la zone de Santé de Geti dans la province de l’Ituri (Nord-est) frontière avec l’Ouganda. Dix cas ont été enregistrés et un échantillon a été envoyé au laboratoire pour des tests, a indiqué le chef de cette zone de santé Louis Tshiro. Ce dernier a demandé à la population de l’aider à identifier les causes de cette maladie, « c’est-à-dire aviser, par exemple, la mort suspecte de plusieurs rats à la fois ». Vaste territoire de 2,345 millions de Kilomètres au cœur de l’Afrique, la RDC vient à peine de vaincre sa neuvième épidémie d’Ebola qui a frappé l’Equateur, une province située dans le Nord-ouest.

Déclarée le 8 mai, cette épidémie dont la fin a été annoncée le 24 Juillet dernier par Kinshasa et l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), a fait 33 morts sur quelques 54 cas. L’Agence onusienne basée à Genève s’est félicitée de cette riposte « conjointe et efficace ». Les autorités ont affirmé que le pays devrait s’attendre à une nouvelle épidémie d’Ebola car le virus « a son réservoir naturel dans la forêt équatoriale », avait annoncé le ministre congolais de la Santé, Oly Ilunga.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus