Politique

Renvoi du délibéré du procès Metongnon : le cstb dénonce une provocation(communiqué)

Pour absence du juge en charge du dossier Cnss-Bibe, le délibéré prévu pour le mardi 24 Juillet 2018 n’a pu avoir lieu. L’ex président du conseil d’administration de la caisse nationale de sécurité sociale et ses co-accusés sont renvoyés à nouveau en prison en attendant que le juge Rodolphe Azo ne décide de leur sort le 31 Juillet prochain.

Ce nouveau report du délibéré n’est pas du goût de la confédération syndicale des travailleurs du Bénin qui, à travers un communiqué rendu public hier, a dénoncé cette manœuvre qu’elle a qualifié d’une provocation de plus. Lire ci-dessous le communiqué de la cstb.

--- Publicité---

Communiqué de la cstb:

A l’audience du mardi 23 juillet 2018, au lieu de libérer purement et simplement , Laurent METONGNON et ses coaccusés, le juge AZO, en violation continue de la loi, renvoie cyniquement, à la surprise de tous, le délibéré pour le mardi 24 juillet 2018.
Aujourd’hui, nous sommes le mardi 24 juillet 2018. La grande salle du tribunal de 1ère classe de Cotonou est pleine de monde qui attend la libération des otages politiques de Patrice TALON. Un juge entre dans la salle et annonce que le juge AZO est absent et que le délibéré est renvoyé au mardi 31 juillet 2018.

Quel scandale ! Toute la salle est ébahie et indignée. Dans la grande cour du Tribunal, des jeunes expriment leur colère, en protestant et en poussant des slogans demandant la libération de Laurent METONGNON et des coaccusés. Après l’animation qui a duré quelques minutes, les jeunes quittent le tribunal pour rentrer dans un état de mécontentement total. Mais, contre toute attente, la police les poursuit, sur ordre du procureur Ulrich TOGBONON, et arrête cinq (05) parmi eux dont un journaliste. On dénombre, entre autres jeunes arrêtées :
– Damien DEGBE, Secrétaire Général de l’UNSEB à l’UAC (Syndicat majoritaire des étudiants), et quatre (04) autres jeunes dont
SOZAN Jacquelin et
ANAGO Samuel.
Le pouvoir de TALON et ses juges zélés ont franchi le rubicond. La CSTB condamne cet acte barbare et criminel qui consiste à mettre le couteau dans la plaie de la victime qu’on a déjà blessé et exige la libération immédiate de ceux qui viennent d’être arbitrairement arrêtés, de Laurent METONGNON et de ses coaccusés.
Elle invite les travailleurs, la jeunesse et les peuples du Bénin à se mobiliser pour exiger la libération des détenus politiques dont la liste s’allonge tous les jours et le respect des libertés démocratiques et de la Constitution.

Trop c’est trop ! Ça suffit ! On en a marre ! Non à la gouvernance de Talon!!
Levons-nous et disons non ! À l’arbitraire qui dépasse la limite du tolérable dans notre pays.

Cotonou, le 24 juillet 2018

Le Secrétaire Général Confédéral

Nagnini KASSA MAMPO.-

---Publicité---

Bouton retour en haut de la page
Fermer

Adblock détecté

Pour continuer à bénéficier gratuitement des services de ce site, vous devez d'abord supprimer votre bloqueur de publicité