Asaba 2018 : dans les coulisses du sacre historique de Odile Ahouanwanou

Une semaine après le sacre historique de la reine de l’Heptathlon béninois et désormais africain, notre rédaction a décidé de vous ramener dans les couloirs d’Asaba. C’est dans cette ville du Nigeria que la béninoise a fini championne d’Afrique de la discipline regroupant 7 sous-disciplines à l’occasion des 21e championnats d’Afrique d’Athlétisme. 

De retour de blessure et pas sur la liste des favorites au départ, un fruit venu du Bénin est devenu le plus précieux de tout un continent. Odile Ahouanwanou est devenue la reine de l’heptathlon en Afrique avec 5999 points contre 5967 pour son challenger Marthe Koala. 

Jamais, une victoire si historique n’arriverait si la Sottevillaise n’a pas mis sa rage et sa détermination en évidence dans une compétition très relevée. « Notre équipe de rédaction l’a surpris plusieurs fois s’entraîner dans sa chambre d’hôtel avant et en cours de compétition.« , nous rapporte nos confrères qui l’ont filé tout au long de cette belle aventure.

Le film de leurs observations

Il est 7heure à Benizia hôtel d’Asaba ce samedi 4 Août quand l’athlète a pris le départ pour défier sa concurrente de tous les temps, la Burkinabé Marthe Koala. Après les échauffements personnels et les étirements assuré par le caoch Achille Gbaguidi , la star béninoise a reçu quelques consignes discrètes de son ancien entraîneur du Centre High Performance de l’île Maurice, Alexander, l’actuel caoch de Marthe Koala. Dans la chambre d’appel ce samedi matin sur les 8 concurrentes, 3 vont répondre présentes: Hoda Hagras de l’Égypte, Marthe Koala du Burkina- Faso, championne en 2014 et Odile Ahouanwanou du Bénin, la championne d’Afrique 2018. Les nerfs étaient tendus et les visages serrés, la concentration est au paroxysme. 

Il est 9 h 15, c‘est l’heure de la première épreuve. On parle du 100 m haies. Au départ, Odile semble prendre le devant, mais au finish, c‘est L’Etalon qui remporte 13s 34′ contre 13 s 70′. Marthe revient à la charge au saut en hauteur et bat toutes ses concurrentes avec un saut de 1m80. Elle fait 3 centimètres de plus que la Béninoise. Blessée dans son amour, l’Écureuil va devoir envoyer la boule très loin au lancer de poids pour fermer un peu le trou (2762 points contre 2779 pour Marthe). La Burkinabé place la Béninoise au second rang sur la course du 200m, terminant ainsi la journée en beauté avec 3737 points contre 3671. A la fin des quatre épreuves, l’Amazone béninoise déclare : « Je suis venue ici pour l’or et mon objectif n’a pas changé, car j’ai encore des points à glaner. Je dois mettre le parquet dès demain matin.« 

Une victoire jouée au sprint 

Les athlètes ont démarré cette deuxième et dernière journée des concours, dans le sautoir. Le pensionnaire du Stade Sottevillais 76 doit patienter avant de retrouver le sourire. Marthe Koala, vice championne d’Afrique au saut en longueur dans le championnat, s’impose logiquement. Attention au réveil de l’Écureuil. Sur l’épreuve suivante, il n’y a plus d’erreur pour Odile Ahouanwanou. La Burkinabé est donc à deux épreuves pour le sacre continental. 

Consciente de l’avance considérable de Marthe, Odile va envoyer son engin sur le lancer de javelot à 44 m80. Sa concurrente directe peut se faire des soucis. Dans les tribunes du stade Stephen Keshi d’Asaba, le visage anxieux de son encadreur en dit long. Odile va être ensuite revigorée par la délégation béninoise dans les tribunes. A 3 heures de son titre, Odile qui reste en contact avec l’un de ses entraîneurs français, Vincent Turpin, s’est retournée à l’hôtel pour recevoir quelques consignes après avoir eu les résultats de la journée où elle se pointe désormais à la tête du classement général. 

Après quelques échanges avec son coach, la conclusion est simple. « Ne pas perdre le dernier concours du 800 m avec 3 secondes de retard. Vincent Turpin pourrait se morde les doigts si l’effet contraire arriverait. « Caoch ,rassurez-vous! Même si je dois perdre le 800m, je ne perdrai pas d’une seconde.« , a lancé au téléphone la star béninoise à son entraîneur. Un duel qui n’a pas manqué sur la piste dans l’après-midi à Asaba. Hoda, l‘Égyptienne ne pouvant tenir le rythme, abandonne et observe le duel Marthe – Odile comme le public Nigérian en pompe. Marthe détale à 130 m environ de l’arrivée, la poursuite sera immédiate. Au finish, le chrono était serré (2’25’200′ contre 2’25’500 pour la Burkinabé). Aucune des challengers ne pourrait ouvertement célèbrer de suite sa victoire. La Burkinabé est d’ailleurs sortie sur la civière synonyme d’une course âprement disputée.

Odile Ahouanwanou, championne d’Afrique Heptathlon (Asaba 2018)

L’heure de la délivrance 

Ça bougeait dans tous les sens au cours de cette soirée où la cérémonie de clôture battait aussi son plein. Mais Alexandre a réussi à aller le premier voir le résultat. Rencontré à la sortie de la salle des managers, il a annoncé la bonne nouvelle. « Congratulations, you are a winner« . La suite ne sera que célébration pour Odile Ahouanwannou un moment d’attente pour confirmation. L’aube nouvelle va enfin retentir au stade Stephen Keshi devant des milliers de spectateurs dans une compétition continentale où le Bénin reste sur des médailles de bronze glanées par Sonya Agbessi en 1992-1993 et celle de Pascaline Adanhouegbé, il y a deux ans en Afrique-du-Sud. 

Odile Ahouanwanou vient ainsi d’inscrire le nom de son pays dans le cercle fermé des nations ayant remporté une médaille d’or aux Championnats d’Afrique d’Athlétisme Sénior. 

NB: ce récit a été rapporté grâce à Steve Maurice Zounon, présent tout au long de la Compète au Nigeria

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus