Bénin – Référendum : Le revirement de Patrice Talon fera mal à la majorité

Le référendum n’aura pas lieu. En tous cas pas avant 2019 comme le souhaitait les soutiens du Président de la République. Dans son discours à la nation ce mardi 31 juillet 2018 le Chef de l’Etat a donné son avis sur ce sujet qui a animé l’actualité ces derniers jours.

De son discours, il convient tout simplement de retenir que le référendum n’aura pas lieu. Contrairement à ce que clament les députés du Bloc de la Majorité Parlementaires (BMP) et d’autres membres de la mouvance, le référendum n’est pas la priorité de l’heure pour Patrice Talon. Il y pense peu et ne compte pas s’aventurer su ce terrain. Selon ses déclarations, quatre raisons motivent cette décision.

« D’abord parce que dans son état actuel, la loi organique sur le référendum ne me permet pas d’y recourir sans méconnaître ses dispositions essentielles. Je suis garant de la légalité républicaine. Ensuite, parce que le coût de l’organisation d’un référendum mettrait à contribution, la trésorerie de l’Etat pour un montant incompatible avec ma volonté de consacrer nos ressources actuelles aux besoins vitaux de la population. Un référendum coûte cher. Et nous sommes à quelques mois des élections législatives. La réforme initiée par l’Assemblée Nationale est importante certes, mais ne constitue pas, à mes yeux, pour l’heure, un enjeu prioritaire »

Patrice Talon

Un coup dûr pour le Bloc de la Majorité Parlementaire et la mouvance en générale. En effet, suite à la prise en compte de la proposition d’amendement et l’échec à l’étape des 4/5, les membres de la mouvance ont très tôt lancé les hostilités en vue du référendum. Parmi eux, certains sont même déjà descendus dans leur fief respectif pour préparer les populations afin que le « OUI » puisse massivement sortir des urnes.

Et comme si tout ceci ne suffisait pas, les députés du BMP ont décidé d’illustrer la priorité qu’ils accordent à l’organisation du référendum avant 2019. A cet effet, la modification de la loi référendaire qui impose une barrière juridique a été agitée. Tout ceci tombe à l’eau, car le Président de la République seul habileté à convoquer le référendum n’est pas prêt pour le faire.

[su_heading size= »17″] À lire aussi : Bénin: les confidences de Patrice Talon aux maires sur le référendum en vue[/su_heading]

Une décision qui pourrait causer une grande déception dans le rang des députés du BMP. Surtout quand on sait qu’au lendemain du vote du 05 juillet 2018, ces derniers appuyé par le directeur de la communication de la présidence affirmaient que l’objectif était le référendum. Ainsi, le refus de Patrice Talon d’aller au référendum vient briser le rêve du BMP qui visiblement n’était  pas dans la même logique que son leader charismatique

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus