Changer de vision pour une retraite radieuse, 4 questions à Modeste Dossou Yovo, retraité Bénin Télécoms

Mr Dossou yovo Modeste, la soixantaine bien remplie mais qui n’en a pas l’air est un
retraité de Bénin Télécom. Il est marié et père de quatre enfants. Il a une idée autre de la retraite en rupture complète avec les idées reçues. L’homme qui s’oppose à l‘idée de la retraite prétendument perçue comme période de repos, nous livre dans cette interview qu’il nous a accordé ce samedi 25 Août à son domicile sis à Agla, sa conception de la retraite, une conception originale à même de faire école et faire changer les mentalités.

Présentez-vous à nos internautes (Quel est votre cursus professionnel?)

Modeste Dossou Yovo c’est mon nom à l’état civil. Administrateur des services financiers, j’ai servi pendant trente années à Bénin Télécom SA où j’ai fait carrière jusqu’à faire valoir mes droits à la retraite en 2013. Pendant ma carrière, j’ai travaillé à différents postes. Au début de ma carrière, j’ai été employé comme agent simple, ensuite j’ai accédé au poste de responsable en ma troisième année de travail en tant que chef session. Mes performances étant jugées satisfaisantes, quelques années plus tard, j’ai été affecté au poste de chef de division et j’ai terminé ma carrière au poste de chef de suivi avec rang de directeur.

Depuis cinq ans disiez vous, vous avez cessé de travailler, de quoi est tissé concrètement votre retraite ?
Attention, je n’ai pas cessé de travailler. Il faut qu’on change notre vision de la retraite. Elle n’est pas un point de chute comme nombre de personne la conçoive à tort. Bien au contraire c’est un nouveau départ. La retraite est une opportunité pour entreprendre pour son propre compte et générer de l’emploi en mettant son capital de trente années d’expérience au service de la jeunesse montante fer de lance du développement. Le travail défini l’homme, ainsi il doit être un acte permanent au risque de se voir vieillir trop vite et rangé au placard de l’humanité. La vie est dynamique et c’est par le travail que l’on s’inscrit dans ce dynamisme.

Fort de cette vision, depuis ma retraite, je m’investis dans plusieurs activités. J’exerce notamment dans des cabinets d’expertise comptable en tant qu’auditeur en passation de marché. Amoureux d’ agriculture et d’élevage, en dehors des services d’audit que j’accomplis, je suis promoteur d’une ferme d’agriculture et d’élevage dans l’arrondissement d’ Agbanto (Atlantique) plus précisément dans le village d’ Agonfodjikpevi.

Par ailleurs, à mes heures perdues, j’anime une émission sur la nutrition à radio Tokpa pour entretenir les auditeurs sur comment manger sans nuire à sa santé et rester jeune et en pleine forme. Et pour rajeunir moi même mon propre esprit, pour me maintenir jeune intellectuellement je continue par suivre certaines formations.

Justement, vous paraissez plus jeune que votre âge, pouvez-vous nous en dire un peu plus sur le secret de votre jeunesse ?

Garder sa jeunesse est nécessaire pour continuer par travailler. Or pour se maintenir jeune, il faut être en bonne santé. Et avoir la santé ne va pas de soi. Je remarque que quand on gagne un emploi on ne s’interroge pas assez sur comment entretenir sa santé. Pour preuve, pendant leur carrière, la majorité des travailleurs oriente leur salaire dans des constructions de maisons luxueuses, dans l’achat de voitures luxueuses bref dans des plaisirs et loisirs ruineux pour leur économie et pour leur santé. Mais la santé ne va pas de soi. D’ailleurs au Bénin, tout le monde est unanime pour reconnaître que « la santé avant tout » mais paradoxalement, le béninois épargne très peu pour sa santé ». pire, on réfléchis trop peu sur comment préserver sa santé. On se nourrit mal.

Sinon comment comprendre que des individus chaque soir après le travail et ce pendant trente ans font une pause, un détour dans les débits de boissons pour vider quantité de bouteilles et se gorger de graisse. C’est bien de s’offrir des plaisirs mais il faut rester modéré.

Je pense qu’il faut respecter certains préceptes pour garder la forme. Moi j’évite depuis toujours les excès de table. je pratique fréquemment la marche même si j’ai ma voiture. J’évite autant que faire se peut d’avoir des relations tendues avec mon entourage car beaucoup souffre de maladie cardiovasculaire et d’ulcère du fait qu’ils ne contrôlent pas leurs émotions dans leur rapport avec l’extérieur.

Avez-vous un coup de cœur à l’endroit de ceux qui ne savent que faire de leur retraite?

Je leur dirai tout simplement que la retraite se prépare. Elle se prépare dès le premier jour du recrutement. La retraite tourne en cauchemar seulement quand elle n’est pas préparée. Au Bénin en effet, très peu épargne pendant leurs années de travail parce qu’ils comptent sur leurs allocations de retraite. C’est une vraie supercherie car ils oublient que ces allocations sont très en dessous de leur salaire et que si par malheur ils chopaient une maladie chronique pendant la retraite, les allocations ne suffiront pas pour braver les dépenses de santé.

Mieux, pour faire en sorte que les retraites ne soit pas ennuyeuses et invivables, il faut entreprendre. Et pour entreprendre pendant les retraites, il faut avoir un fond d’investissement et l’épargne de trente ans pourrait être la panacée.

Beaucoup peuvent opiner que ce n’est pas aisé d’épargner pendant qu’on travaille vu les dépenses qui s’imposent. En tout cas, moi, c’est avec mes épargnes pendant mes années de travail que j’ai créé ma ferme que j’exploite maintenant et qui me rapporte plus d’argent que lorsque je travaillais encore. J’épargnais 10% de mon salaire et ce durant trente année. Ce n’est pas de la théorie et c’est ce que je recommande à tout travailleur qui souhaiterais avoir des retraites paisibles et radieuses.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus