--- Publicité---

Bénin – taxe sur les réseaux sociaux: deux choix s’imposent aux consommateurs selon l’Arcep

Voir le service disparaître ou accepter une augmentation, deux choix qui s’imposent aux consommateurs d’internet au Bénin. C’est du moins ce qu’il faut retenir de la sortie médiatique  du secrétaire exécutif de l’autorité de régulation des communications électroniques et de la poste (ARCEP). 

En effet, reçu ce dimanche 2 Septembre 2018 dans l’émission « Zone Franche » de Canal 3 Bénin, Hervé Guèdègbé a apporté des réponses aux questions que bon nombre de béninois se posent depuis la prise par le gouvernement du « Nouveau Départ » décret N°2018-341 du 25 juillet 2018. Ledit décret qui stipule en son article 3 que pour les services (appel, sms et internet), un taux de 5% sera prélevé à chaque opération. En ce qui concerne les cas de l’accès à internet utilisé pour fournir un service par contournement (plateforme OTT) ou une plateforme de réseau social, le gouvernement réclame une contribution de 5 FCFA par mégaoctet.

--- Publicité---

[su_heading size= »17″] À lire aussi :Bénin : la clarification de l’ARCEP sur la supposée hausse de prix des services de communication [/su_heading]

Pour le représentant de l’ARCEP -Bénin, le risque encouru par les béninois si rien n’est fait est de ne plus avoir accès aux services même s’ils ont les moyens de les acquérir. Dans ses explications, le secrétaire exécutif de l’ARCEP – Bénin a fait remarquer que le chiffre d’affaire des opérateurs GSM connait depuis un moment une chute drastique liée au fait que les communications via les réseaux sociaux ont pris le pas sur le téléphone classique.

La taxation appliquée sur la consommation des services de communication est donc une nécessité imparable pour maintenir en vie le service. Puisque face au changement du comportement du consommateur, il faut répondre par un changement de modèle économique, ce qui n’a pas été fait jusque là. La conséquence, les opérateurs GSM confrontés à un énorme manque à gagner risquent de mettre la clé sous le paillasson.

Face à cette réalité, précise Hervé Guèdègbé, l’autorité de régulation des communications électroniques et de la poste a attiré l’attention du gouvernement sur  le risque qui s’annonce vue la chute des chiffres au niveau des opérateurs GSM.

[su_heading size= »17″] À lire aussi : Bénin : le gouvernement impose des taxes sur les services de communication[/su_heading]

Deux solutions s’imposaient alors, continue le secrétaire exécutif de l’ARCEP: c’est soit continuer à bénéficier d’un service à moindre coût avec le risque de le voir disparaître ou accepter payer un surcoût pour continuer à bénéficier du service. Face au dilemme, le gouvernement a fait son option et nous estimons que c’est ce qu’il y a de mieux à faire, a laissé entendre Hervé Guèdègbé.

Dans la sous région, poursuit-il,  les coûts de communications ne sont plus à ce niveau mais varient entre 5F le Mo et 12F alors qu’au Bénin on est toujours à 1,5F le Mo. « Au lieu de laisser internet être le substitut d’un produit qui procure beaucoup de revenus aux opérateurs « GSM », il nous faut équilibrer pour que l’accès à internet puisse générer des revenus aux GSM et que les autres produits de communication classique qui ne génèrent plus de revenus ne disparaissent point« , a t-il fait savoir.

---Publicité---

Sans commentaires
  1. BELKO dit

    beaucoup de courage Merci pour les info en temps reel

  2. Espony dit

    Augmentez votre taxe et arrêtez les discours. Passons à autres chose. Ça ne va pas nous tuer. On fera avec. Dans la mesure où c’est le gouvernement qui trouve à la place des Réseaux GSM que l’Internet ne les rapportent pas assez d’argent.
    Ce gouvernement ne connait pas autre chose à part l’argent. Lol.

  3. Vincent dit

    C’est triste.

  4. Amelagbe dit

    Le gouvernement est il representant des societes de telephonie mobile qui se plaignent de ne plus avoir assez de business ?
    La taxe prélevée va t-elle etre reversee aux telco pour compenser leur manque a gagner ?
    Du faux, de la ruse, et de la rage, a moins que ce ne soit de l’incompetence, ou tout cela a la fois!
    La verite semble sortir de la bouche du ministraillon des finances : punir ceux qui critiquent le gouvernement sur les reseaux sociaux, ou les dissuader financierement de le faire !
    Apres avoir mis la justice et les impots au service du combat contre les adversaires politiques, on veut maintenant creer dans des taxes – hors budget et hors approbation parlementaire – pour museler le peuple !
    Jusqu’ou ira l’infamie de ce gouvernement ?
    Jusqu’a quand supporterons nous que nos impots servent a financer ceux qui en ont ( exonerations fiscales sur les voitures neuves, les ventes immobilieres etc…) pendant qu’on accable ceux qui n’en ont pas ?

Les commentaires sont fermés.

Dans le Flux de l'actualité

Nos partenaires et nous utilisons des données non sensibles comme des cookies ou des identifiants électroniques pour afficher des publicités personnalisées, mesurer le nombre de visiteurs ou encore adapter notre contenu. Cliquez sur le bouton pour donner votre consentement à ces opérations et profiter d'une expérience personnalisée. Vous pouvez modifier vos préférences à tout moment en revenant sur ce site. Accepter En savoir plus