Bénin – Etat de non droit?: la réponse de Sévérin Quenum à Valentin Djènontin

Le ministre de la justice et de la législation, Sévérin Quenum a profité de sa conférence de presse du mardi 02 octobre 2018 pour répondre à l’honorable Valentin Djènontin, ancien ministre de la justice et de la législation. En effet, le député de la minorité parlementaire reçu sur la chaîne internationale Africa24, a fait savoir que le Bénin est désormais sur le chemin du « non droit ». Cette déclaration n’est pas du goût du garde des sceaux, qui a apporté une réplique. 

Le ministre Sévérin Quenum s’est étonné d’entendre un ancien garde des sceaux, déclarer que le Bénin est désormais « un Etat de non droit ». Selon lui, il s’agit d’une déclaration particulièrement grave venant d’un ancien patron de la justice. « Il se permet de dire que nous sommes dans un Etat de non droit, que la justice est soumise. Je trouve ça particulièrement grave venant de la part d’un garde des sceaux. De sa part, je considère que c’est une insulte à la magistrature », a-t-il déploré.

Pour le ministre, on ne saurait traité de la sorte la justice béninoise, car elle est composée des hommes et femmes dévouée et qui accomplissent avec professionnalisme la tâche qui leur est confiée. « Nous avons des juges compétents, nous avons des juges qui sont intègres, qui font leur travail avec compétence et qui travaillent dans des conditions difficiles. Il n’est donc pas décent que quelqu’un qui a été leur autorité puisse parler aussi facilement, sans gêne de justice soumise et de justice aux ordres », a-t-il affirmé.

[su_heading size= »17″]A lire aussi: Lutte contre la corruption au Bénin: Séverin Quenum sur les pas de Joseph Djogbénou[/su_heading]

Cependant, le ministre de la justice et de la législation ne balaie pas de revers de la main l’idée qu’il pourrait avoir dans le rang des acteurs judiciaires de « brebis galeuse ». « C’est vrai, qu’il se pourrait que dans leur rang qu’il y ait ce qu’on pourrait appeler de brebis galeuse, comme il y en a dans tous les corps. Mais ils ne se sont pas majoritaires »,a rassuré le garde des sceaux.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus